La démocratisation dans le monde arabe : l'exemple de la Libye.

par Salim Sendiane

Thèse de doctorat en Droit international public

Sous la direction de Rahim Kherad.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion .


  • Résumé

    En 2011, des jeunesses avides de vivre comme tout le monde dans ce village qui est devenu la planète se soulèvent dans la plupart des pays arabes pour mettre fin au despotisme politique, à l'injustice sociale et à la répression. Ce réveil démocratique occupe le devant de la scène internationale et réfute toutes les théories d'un « exceptionnalisme » arabe et /ou islamique en matière de la démocratie. Le dirigeant libyen, confronté à une révolte populaire sans précédent, menace d'une répression sanglante pour éviter le sort de ses homologues tunisien et égyptien. Toutes les organisations régionales et internationales ont demandé "la fin immédiate" des violences en Libye et condamné la répression des manifestants engagée par le régime. Alors que la Ligue des États arabes a suspendu participation de la Libye à ses réunions et a demandé au Conseil de sécurité de décréter une zone d'exclusion aérienne dans le ciel libyen, l'Union africaine a privilégié une solution politique de la crise libyenne. Mais à la suite des menaces violentes de Kadhafi, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1973 autorisant l'usage de la force en Libye. La résolution met l'accent sur la protection de la population civile et demande un cessez-le-feu immédiat et l'arrêt complet des violences à l'encontre des civils. Une coalition internationale dirigée par l'OTAN a installé une zone de non-vol sur la Libye et a bombardé les positions militaires de Kadhafi. Certains pays ont soutenu que la campagne dépassait son mandat de protection et visait le changement de régime. Depuis la chute de régime, la Libye est en état de guerre civile et de chaos absolu. Cela a renouvelé le débat sur l'opportunité de l'intervention et ses enjeux politiques et économiques. L'accent mis par le Conseil de sécurité sur une solution qui satisfait les revendications légitimes du peuple libyen a relancé le débat sur le concept de « la légitimité démocratique ». L'autorisation du recours à la force pour protéger les populations et les zones civiles menacées d'attaque en Libye a relancé le concept de « la responsabilité de protéger ». Dans le cadre de cette thèse, le point sera fait sur les fondements de l'intervention, ses justifications et sur ses enjeux. Ainsi on examinera les impacts de l'intervention sur la vie des Libyens, l'avenir de l'État libyen et la sécurité de ses voisins, également on analysera ses effets sur l'évolution du droit international.

  • Titre traduit

    Democratization in the Arab world: the example of Libya.


  • Résumé

    In 2011, Youths eager to live like everyone else in this Planet, which has become a small village, revolted in the most Arab countries to put an end to the Political Despotism, the Social Injustice and the Repression. This democratic awakening became the frontrunner in the international arena and refutes all theories of Arab and / or Islamic "Exceptionalism" in matters of Democracy. The Libyan leader, faced with an unprecedented popular revolt, launched a bloody repression to avoid the fate of his Tunisian and Egyptian counterparts. All regional and international organizations called for "the immediate end" of the violence in Libya and condemned the repression of the protesters initiated by the regime. While the League of Arab States suspended Libya's participation in its meetings and called on the Security Council to declare a no-fly zone in the Libyan sky, the African Union favored a political solution to the Libyan crisis. But as a result of Gaddafi's violent Policies, the Security Council adopted the resolution no. 1973 authorizing the use of force in Libya. The resolution stresses the protection of the civilian population and calls for an immediate ceasefire and the complete cessation of violence against civilians. An international coalition led by NATO imposed a No-Fly on Libya and bombarded Gaddafi's military positions. Some countries argued that the campaign went beyond its protection mandate and aimed at regime change. Since the fall of the regime, Libya is in a state of civil war and absolute chaos. This renewed the debate on the appropriateness of the 2011 intervention and its political and economic stakes. The Security Council's emphasis on a solution that satisfies the legitimate demands of the Libyan people has revived the debate on the concept of "democratic legitimacy". The authorization of the use of force to protect civilians and civilian areas threatened with attacks in Libya has revived the concept of "the responsibility to protect". In the framework of this thesis, the point will be made on the basis of the intervention, its justifications and its stakes. Thus, the impact of the intervention on the life of the Libyans and the future of the Libyan state and the security of its neighbors will be examined and its effects on the evolution of international law will be analyzed.