L'ouvrier et le travail dans le cinéma polonais 1968-1989

par Maria Shpolberg

Projet de thèse en SACRe, cinéma

Sous la direction de Jean-Loup Bourget.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec Yale University , dans le cadre de École doctorale École transdisciplinaire Lettres/Sciences (Paris) , en partenariat avec Sciences, Arts, Création, Recherche (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2013 .


  • Résumé

    Cette thèse analyse les stratégies esthétiques et narratives employées par les réalisateurs polonais cherchant à représenter l'ouvrier et le travail après la violente suppression de grèves ouvrières dans la ville de Gdansk en décembre 1970. La thèse cherche à décrire la manière dont le cinéma articule et négocie les tensions entre la classe ouvrière, la société polonaise au sens plus large, et les pouvoirs - des tensions qui donneront naissance en 1980 au premier syndicat indépendant, Solidarité. Les principaux textes interrogés seront les films de fiction d'Andrzej Wajda, les documentaires de Krzysztof Kieslowski et Marcel Lozinski, et les documentaires dites "de création" de Wojciech Wiszniewski et Pior Szulkin, entre autres. Comment ces films-là déconstruisent-ils les codes hérités du réalisme socialiste pour représenter l'ouvrier et le travail ? Et quel type de travail demande-t-ils du spectateur ?

  • Titre traduit

    Labor in Late Socialism: The Cinema of Polish Workers' Movements 1968-1989


  • Résumé

    This dissertation analyses the aesthetic and narrative strategies employed by Polish filmmakers to represent labor after the violent suppression of the December 1970 strikes in Poland. It investigates the manner in which cinema articulates and negotiates the simmering tensions between the Polish working class, Polish society more broadly, and the authorities - tensions which, after a decade of workers' struggle, would give birth to the first independent trade union Solidarity. The texts under question include the fiction films of Andrzej Wajda, the documentaries of Krzysztof Kieslowski and Marcel Lozinski, and the "creative documentaries" of Wojciech Wiszniewski and Piotr Szulkin, among others. How do these films deconstruct the codes inherited from socialist realism for representing labor and the worker? And what kind of labor do they demand from the viewer?