La Politique de Sécurité comme Jeu : La Guerre de Corée, la Période McCarthy, et Schengen

par Hye-yun Kang

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Marc Crepon et de Michael Loriaux.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'University of Northwestern , dans le cadre de Ecole transdisciplinaire Lettres - Sciences , en partenariat avec PAYS GERMANIQUES (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Mon sujet de thèse est la sécurité qui performe. Je veux me focaliser sur la performativité de la sécurité particulierment qui produit l'autoimmunité. Je m'intéresse à l'espace liminal qui est l'interface entre le concept de sécurité et l'action de sécurité. Donc, la notion de performativité m'intéresse beaucoup. Pour montrer la performativité de la sécurité, je me concentre à tracer la logique d'autoimmunité dans trois exemples historique: le massacre civil pendant la guerre de Corée, la pratique de Mccarthysme aux Etat-Unis, et le contrôle de la frontière de l'Union Européenne.

  • Titre traduit

    The Politics of Security as Performance : The Korean War, the McCarthy Era, and Schengen


  • Résumé

    Securitization theory captures a social dimension of security. However, it does not pay proper attention to the word “security” through which securitization works. The term “security” is an agonistic theater of political performances in which actors mobilize the script of self-protection, entailing a felt need to demarcate a boundary of the self; security is performative. The effects of performative security often find their expression in violent outlets through repressions and oppressions of the previous forms of the self. Performativity of security gives rise to autoimmunity as a consequence.