Les objets surréalistes : matériaux ordinaires et périssables, objets détournés et déroutants. Une étude matérielle d'histoire et de trajectoires des objets fabriqués et « naturels » dans le mouvement surréaliste des années 1930 aux années 1960.

par Katia Sowels

Projet de thèse en Esthétique, histoire et théorie des arts

Sous la direction de Philippe Dagen, Thierry Lalot et de Pascale-Martine Tayou.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de Ecole transdisciplinaire Lettres - Sciences , en partenariat avec Sciences, Arts, Création, Recherche (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    La recherche porte sur les objets surréalistes, construits par les poètes et les artistes à partir d'objets quotidiens détournés de leur utilité première et de trouvailles issues des arts populaires, des arts premiers ou de la nature. Ces objets, quoique régulièrement mentionnés dans les ouvrages généraux consacrés au surréalisme et exposés, pour ceux qui demeurent accessibles, dans des expositions à caractère strictement historique, n'ont été que peu étudiés en eux-mêmes, alors qu'ils occupent une place fondamentale dans la théorisation du surréalisme au tournant des années 1930 et à travers les expositions collectives jusqu'en 1965. La thèse propose de rompre avec cette habitude en examinant les objets surréalistes avec un surcroit d'attention et d'aller au-delà de la description sommaire et d'interprétations symboliques souvent prévisibles, pour en comprendre les processus de création, l'étrangeté et la diversité des matériaux et des objets employés, les difficultés inhérentes à leur emploi, à leur exposition, à leur circulation. Il s'agit de reconstituer l'histoire matérielle de ces objets, leur inventaire, leur repérage, leur localisation ; de reconstituer l'histoire de leurs trajectoires dans le temps, en France et à l'étranger, du point de vue de leurs collectionneurs successifs et de celui des expositions où ils ont été montrés ; de révéler les réseaux qui accompagnent leur diffusion à l'international ainsi que les enjeux de ces objets, qui dérangent et mettent à mal les conditions d'institutionnalisation des œuvres d'art. C'est donc une recherche au plus près des œuvres, entre études matérielles, sciences naturelles et de la conservation, et histoire intellectuelle, artistique, collective et internationale du surréalisme.

  • Titre traduit

    Surrealist objects: ordinary and perishable materials, diverted and confusing objects. A material study of artifacts and natural objects' histories and trajectories in Surrealism, from the 1930s to the 1960s.


  • Résumé

    This research proposes to retrace the material history of Surrealist objects, created by artists and poets from everyday items diverted from their use, natural wonders, as well as popular and primitive art. It consists of making an inventory of these objects, identifying and reconstructing their trajectories over time, from the perspective of their successive collectors and the exhibitions where they were shown, as most of them were precarious, lost, destroyed or scattered in private collections. The aim is to analyse these artworks drawing on literature, ethnography, natural sciences, conservation, as well as the intellectual and artistic history of Surrealism, to help understanding: their creative processes, the strangeness of objects/materials used by artists, the modalities of their exhibition, their circulation, and the challenges they have raised in terms of institutionalizing art.