L'art mudéjar ibéro-américain : la persistance islamique dans l'architecture de l'aire andine (XVIe-XVIIIe siècles)

par Francisco Mamani Fuentes

Projet de thèse en Esthétique, histoire et théorie des arts

Sous la direction de Nadeije Laneyrie-dagen et de Rafael Lopez guzman.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Université de Grenade , dans le cadre de Ecole transdisciplinaire Lettres - Sciences , en partenariat avec Sciences, Arts, Création, Recherche (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    L'art mudéjar fait partie d'une discussion présente dans le débat académique depuis plusieurs années. Son statut de style artistique et historique dépend de ses caractéristiques particulières : une versatilité technique formelle, une expansivité spatiale qui est censé être limité à la Péninsule Ibérique et une résistance temporelle qui peut être constatée dans certaines réapparitions pendant des périodes hors sa délimitation classique. Ces problématiques sont en constant conflit lorsqu'on définit le mudéjar comme un style par rapport à une classification d'art comme l'établit Meyer Saphiro. Pour cette raison, le mudéjar peut être mieux défini comme une phénomène culturel qui structure le processus d'organisation et de productivité de la société dans laquelle il s'est manifesté. Considérer le mudéjar comme une une réalité historique, c'est parcourir le Bas Moyen Âge, la modernité et l'actualité sous une normalisation progressive des aspects technique-formels et stylistiques qui se mettent en rapport avec les conditions historique-sociales et productives, en plus de s'y intégrer en tant que phénomène qui fait partie de l'histoire globale. En termes artistiques et historiques, le mudéjar est le résultat de la coexistence entre chrétiens et musulmans. Ils sont les héritiers d'une histoire culturelle commune, ce qui entraîne une difficulté pour différencier les éléments qui font partie de chacune d'elles. Malgré ce fait, les techniques de construction, les types d'ornementation et les éléments stylistiques doivent être soumis à une recherche archéologique qui permette de déterminer l'origine de chaque élément constitutif. La circulation de modèles stylistiques est aussi un aspect intéressant de l'étude du mudéjar. Par conséquent, l'application du mudéjar dans les territoires qui ont fait partie de l'espace culturel d'al-Andalus à une époque, et qui furent conquis par les chrétiens du nord de la Péninsule, est directement une option culturelle qui fut décidé par l'ensemble de la société, comme une partie du langage artistique commun. Mais avec la conquête des derniers bastions islamiques, le mudéjar devient l'outil du Royaume de Castille pour contrôler les communautés islamiques qui résidaient dans l'ancien Royaume de Grenade, prenant comme précédent ce qui s'est passé à Valence, Tolède et Teruel. Ces thèmes qui font partie de l'histoire du mudéjar nous permettent de nous placer dans un contexte de transformations culturelles et de politiques d'état des royaumes péninsulaires face à une idée de nation. La mise en pratique du mudéjar dans les territoires américains en tant que produit colonial est aussi une décision impériale qui cherche à réutiliser un modèle stylistique qui permet d'utiliser des techniques de construction, des modèles d'ornementation et des formes pour la distribution de l'espace qui avaient déjà été essayées. Cela eut comme impact la transformation du mudéjar par rapport au contexte de production et aux matériaux de construction. Nous pouvons même dire que cela fomenta pour que le mudéjar devienne un phénomène à une troisième source culturelle, l'indigène. L'objet central de cette recherche doctorale est l'application du mudéjar dans les territoires américains, considérant comme espace géographique déterminé l'aire andine – Colombie, Équateur, Bolivie, Pérou et Chili- vu l'histoire culturelle coloniale commune qui y existe entre le XVIe et le XVIIe siècle pendant la Vice-Royauté du Pérou. D'une manière spéciale, c'est de repérer les éléments islamiques qui puissent être identifiés dans ce type de mudéjar. Cela permet de trouver l'héritage de l'al-Andalus dans le monde andin américain et même les connexions qui pourraient exister avec le nord de l'Afrique, notamment sous l'influence des Almohades et Almoravides. Ces circulations esthétiques ont une grande importance car elle nous permettent de redéfinir le concept d'art colonial, surtout depuis les études américanistes qui méconnaissent la couche islamique qui est présente dans le mudéjar. D'un autre côté, cette recherche veut trouver des connexions plus fortes avec d'autres espaces culturels, comme la présence du Roman et du Gothique et ensuite avec l'influence de la Renaissance et du Baroque. Tout de même, le mudéjar reste un phénomène versatile qui permet de réutiliser les styles car aux origines il fait partie d'un processus culturel mixte. L'importance de cette thèse doctorale est basé sur la reprise d'un concept qui a été étudié pendant plusieurs années en Espagne et qui, sous l'angle du « tournant matériel » qui fait partie des recherches croisant l'histoire et l'histoire de l'art, redéfinit la culture matérielle qui est aujourd'hui en France une partie des nouvelles études. En plus de son impact dans la méthodologie qui traite le mudéjar, sa proposition depuis la technique constructive, les méthodes stylistiques et la vision artistique du phénomène est toute nouvelle, à différence des études réalisées en Espagne. La thématique du mudéjar est importante surtout par rapport à la vigueur constante d'un modèle qui, fait partie de l'histoire artistique coloniale de l'espace américain qui en ignore les racines et les éléments qui le composent. Je crois que l'importance de ce type de recherche revitalise une aire d'études qui est rarement traité aussi en Amérique qu'en France. A partir de l'objet d'étude et des motivations qui mènent à étudier le mudéjar dans un contexte andin-américain, nous pouvons définir une série d'objectif de recherche. Le thème principal de cette recherche est la détermination de la présence islamique dans le mudéjar à partir des éléments qui se sont mélangés pendant la Moyen Âge de la Péninsule Ibérique et la manière dont cette présence fait partie de l'application du mudéjar dans le territoire andin-américain. Les autres objectifs de cette recherche doctorale sont : -Différencier les éléments qui constituent l'art mudéjar, ce qui nous permet de repérer les voies de parcours des styles qui l'ont formé. -Découvrir, dans les techniques de construction, les motifs d'ornementation et les formes de distribution de l'espace publique et privé, les héritages qui lui ont donné forme. Spécialement, le rôle de la charpenterie dans les techniques d'armature en bois. -Appliquer les méthodologies de l'histoire de l'art, des études de l'images et de l'histoire culturelle, ce qui nous aidera à traiter l'objet d'étude sous différents angles d'analyse. -Repérer l'impact de la politique espagnole dans la détermination des objets qu'a le mudéjar comme moyen de contrôle, notamment dans les éléments islamiques qui sont restés après son autorisation, spécialement les Ordonnances de la Couronne qui réglementaient l'existence des corporations. Les hypothèses qui découlent des ces objectifs ont des points d'origines différents. Je crois que l'influence de l'Islam est décisive en tant qu'élément différenciateur de l'art mudéjar, ce qui nous permet de réaliser une connexion directe avec les styles artistiques provenant d'al-Andalus, mais aussi du Maghreb. Par conséquent, l'application du mudéjar dans la région andine-américaine serait-elle une manifestation périphérique de l'art islamique. Une autre hypothèse de travail est l'importance des techniques, de l'ornementation et la distribution spatiale, une triple voie de mise en scène du phénomène qui contient une charge imposante aussi dans l'espace péninsulaire que andin-américain. J'expose aussi que la présence d'un modèle basé sur la culture matérielle et sur des méthodologies qui nous permettent de penser à travers l'objet nous mèneront à la conclusion de nouveaux points de départ dans les recherches qui se réalisent sur le mudéjar. Finalement, l'hypothèse de l'islamisation ou orientalisation précoce d'un art périphérique grâce à un phénomène proprement occidental nous permet de redéfinir la présence islamique dans le monde et la façon dont cet art versatile s'adapte à des nouveaux contextes de production artistique et matérielle et à des nouvelles formes de spiritualité.

  • Titre traduit

    The Iberoamerican mudejar art: persistence in the Islamic architecture of the Andean area (XVI-XVIII centuries)


  • Résumé

    Mudejar art is part of this discussion in the academic debate for years. Its status as artistic and historical style depends on its particular characteristics: a formal technical versatility, spatial expansiveness that is supposed to be limited to the Iberian Peninsula and a temporal resistance can be seen in some respawns for periods beyond its traditional boundaries. These issues are in constant conflict when defining the Mudejar style as compared to a classification as established art Saphiro Meyer. For this reason, the Mudejar can be best defined as a cultural phenomenon that structure the process of organization and productive society in which it is manifested. Consider Mudejar as a historical reality is traveling the Late Middle Ages, modernity and topicality in a gradual normalization of technical-formal and stylistic aspects that are being compared with the historical and social conditions and productive in more integrated into it as a phenomenon that is part of the overall story. In artistic and historical terms, the Mudejar is the result of coexistence between Christians and Muslims. They are heirs to a common cultural history, resulting in a difficulty to differentiate the elements that are part of each. Despite this, construction techniques, types of ornamentation and stylistic elements must be subject to archaeological research which can determine the origin of each component. The circulation of stylistic models is also an interesting aspect of the study Mudejar. Therefore, the implementation of the Mudejar in the territories that were part of the cultural area of ​​al-Andalus at a time, and who were conquered by the Christians in the north of the peninsula, directly a cultural option which was decided by all of society, as part of the common artistic language. But with the conquest of the last Islamic strongholds, Mudejar becomes the tool of the Kingdom of Castile to control Muslim communities residing in the former Kingdom of Granada, taking as precedent that happened in Valencia, Toledo and Teruel. These themes are part of the history of Mudejar allow us to place ourselves in a context of cultural transformations and state policies peninsular kingdoms facing a nation of idea. Mudejar of practical implementation in the US territories as colonial product is an imperial decision which seeks to reuse a stylistic model that allows the use of construction techniques, ornamental patterns and shapes for the distribution of space that had already been tried. This had impact as the transformation of the Mudejar to the context of production and building materials. We can even say that it fomented for Mudejar become a phenomenon to a third cultural source, the native. The central purpose of this doctoral research is the application of Mudejar in US territories, considering as specific geographical area the Andean region - Colombia, Ecuador, Bolivia, Peru and Chile- seen the common colonial cultural history that exists there between the sixteenth and seventeenth century during the Viceroyalty of Peru. In a special way, is to identify Islamic elements that can be identified in this type of Mudejar. This makes finding the legacy of al-Andalus in the US Andean world and even connections that might exist with the North of Africa, particularly under the influence of the Almohads and Almoravids. These aesthetic circulations are very important because it allows us to redefine the concept of colonial art, especially since the Americanist studies that ignore the Islamic layer that is present in the Mudejar. On the other hand, this research wants to find stronger connections with other cultural spaces, such as the presence of Roman and Gothic and then with the influence of the Renaissance and Baroque. Still, Mudejar remains a versatile phenomenon that allows reuse of styles since the origins is part of a joint cultural process. The importance of this doctoral thesis is based on the resumption of a concept that has been studied for several years in Spain and, in terms of "material turn" part crossed research history and history art, redefining material culture is now in France a part of the new studies. In addition to its impact in the methodology that addresses the Mudejar, its proposal for constructive technical, stylistic methods and the artistic vision of the phenomenon is new, unlike the studies carried out in Spain. The theme of the Mudejar is important especially compared to the constant force of a model that is part of the colonial artistic history of the US space that ignores the roots and its components. I think the importance of this type of research revitalizes an area of ​​study that is rarely treated as in America than in France. From the object of study and motivations that lead to study the Mudejar in an Andean American context, we can define a series of research goal. The main theme of this research is the determination of the Islamic presence in the Mudejar from elements that are mixed during the Middle Ages in the Iberian Peninsula and how this presence is part of the implementation of the Mudejar in the Andean territory -American. Other objectives of this PhD are: Differentiate the elements that constitute Mudejar art, allowing us to identify the route paths styles that have formed. -discover In construction techniques, patterns and ornamental forms of distribution of public and private space, inheritances that gave it form. Specifically, the role of carpentry in wood frame techniques. -Apply The methodologies of art history, studies of images and cultural history, which will help us to treat the object of study from different angles of analysis. -Repérer The impact of Spanish policy in determining the objects has Mudejar as a means of control, particularly in Islamic elements that remained after its approval, especially Crown ordinances that regulated the existence of corporations. The assumptions arising from these objectives have different origins points. I think the influence of Islam is crucial differentiator as part of Mudejar art, which allows us to make a direct connection with the artistic styles from al-Andalus, but also the Maghreb. Therefore, the application of the Mudejar in Andean American region it would be a peripheral manifestation of Islamic art. Another working hypothesis is the importance of technical, ornamentation and spatial distribution, a triple way of staging the phenomenon that contains a big load as in space peninsular that Andean American. I also states that the presence of a model based on material culture and methodologies that allow us to think through the object will lead us to the conclusion of new starting points in the searches that take place on the Mudejar. Finally, the hypothesis of early Islamization orientalization or a device with a strictly Western phenomenon art allows us to redefine the Islamic presence in the world and how this versatile art adapts to new contexts of artistic production and hardware and to new forms of spirituality.