La compréhension des ambiguïtés des pluriels

par Mora Maldonado

Projet de thèse en Sciences cognitives

Sous la direction de Benjamin Spector.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale Cerveau, cognition, comportement (Paris) , en partenariat avec Institut Jean-Nicod (Paris) (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2015 .


  • Résumé

    En psycholinguistique, les ambiguïtés syntactico-sémantiques (i.e. des phrases qui donnent lieu à plusieurs interprétations) ont servi à analyser la dynamique du traitement des phrases, car les ambiguïtés sont généralement résolues de façon incrementelle, avant la fin de la phrase. L'attribution précoce d'interpretation pour des phrases ambiguës a servi à étudier le rôle que les facteurs purement linguistiques (e.g. syntactico-sémantique) jouent dans la dérivation de la phrase, et comment ils pourraient interagir avec d'autres sources d'information, tels que la fréquence et la plausibilité dans le contexte. Traditionnellement, la plupart de approaches se sont concentrées sur des phénomènes syntaxiques (e.g. garden path), tandis que les ambiguïtés sémantiques ont été à peine exploré en utilisant des méthodes expérimentaux. Dans ce projet, je voudrais fournir une caractérisation complète de notre compréhension d'un type particulier d'ambiguïté sémantique: les ambiguïtés pluriel, qui se produisent lorsque des expressions numériques interagissent les uns avec les autres (e.g. “Trois garçons ont invité quatre filles à la fête"). Ces phrases peuvent donner lieu au moins à deux interprétations différentes: une lecture non-distributive, où trois garçons ont invité au total quatre filles, et une lecture distributive, où trois garçons ont chacun invité quatre filles (à savoir, 12 filles au total). La plupart des approches linguistiques assument que les lectures non-distributives sont des primitives, alors que les interprétations distributives surgissent via l'application d'un opérateur de “distributivité” (i.e. equivalent à “chacun” mais phonologiquement null). Cependant, même si on admet que certaines opérations doit avoir lieu pour obtenir des lectures distributives, il n'y a pas de consensus sur les détails de la dérivation. Les débats ont porté non seulement sur la la nature exacte de l'opérateur, mais aussi sur la caractérisation de la relation entre les représentations sémantiques lors de la dérivation (i.e. si une représentation est dérivée de l'autre). Ainsi, les objectifs spécifiques de ce projet sont deux. Tout d'abord, je testerai expérimentalement les différentes analyses proposées pour expliquer les ambiguïtés de pluriels, et ainsi essayer de distinguer les éléments qui produisent l'ambiguïté. A cet effet, je vais me concentrer, d'un coté, sur la présence d'opérateurs invisibles dans les représentations sémantiques, et, de l'autre, sur les différences entre les occurrences cachées et ouverts. Deuxièmement, j'explorerai le traitement de ces ambiguïtés pendant la compréhension online. Cette approche nous permettra de contribuer à la discussion plus large concernant l'interaction entre la grammaire et des autres modules cognitifs. Ce problème sera abordé en rassemblant trois différents types d'informations: le coût cognitif associé à chaque interprétation, les differences de préférence et la nature progressive de son traitement. Tandis que la question des préférences peut être répondue par des méthodes offline (i.e. tâches de décision), le coût et la dynamique du traitement exigent des mesures plus fines. Par conséquent, on utiliserai des techniques de la linguistique et de la psychologie cognitive, allant de la modélisation sémantique à des mesures psychologiques traditionnelles (e.g. temps de réaction, quantification d'erreurs et amorçage), et des indices physiologiques, tels que des mouvements oculaires.

  • Titre traduit

    Understanding plural ambiguities


  • Résumé

    In psycholinguistics, syntactico-semantic ambiguities, i.e. one sentence form giving rise to several interpretations, have served to analyse the dynamics of sentence parsing, since ambiguity resolution seems to be processed incrementally (i.e., before the end of the sentence). The early assignment of interpretation to ambiguous sentences has served to investigate the role that syntactico-semantic factors play in sentence derivation, and how they might interact with other information sources, such as frequency and context plausibility. Traditionally, most of these approaches have focused on syntactic phenomena (e.g. garden paths), while the investigation of semantic ambiguities has been barely explored using psycholinguistic means. In this project, I aim to provide a full characterization of our understanding of one particular type of semantic ambiguity: plural ambiguities, which occur when numeric expressions interact with each other (e.g. Three boys have invited four girls to the dance). These sentences can give rise at least to two different interpretations: a non-distributive reading, where three boys invited in total four girls, and a distributive reading, where three boys have each invited four girls (i.e. 12 girls in total). Most linguistic approaches assume that non distributive readings are in a certain sense primitives, while distributive interpretations arise via the application of a null “distributivity” operator. However, even if it is accepted that some operation has to take place to derive distributive readings, there is no consensus about the details of the derivation. Debates have focused not only on defining the exact nature of the operator - whether it is similar to overt expressions such as “each”-, but also on characterizing the relation between semantic representations during derivation, that is whether one representation is derived from the other. Thus, the specific goals of this project are twofold. First, I will test experimentally the different analyses proposed to deal with plural ambiguities, in an attempt to distinguish the elements that produce the ambiguity. For this purpose, I will concentrate on exploring both the presence of invisible operators in semantic representations, and the differences between covert and overt occurrences. Second, I will explore the processing of these plural ambiguities during real-time comprehension. Besides confronting theoretical models with online data, this approach will allow us to contribute to the broader discussion regarding the linguistic parser and its interaction with other cognitive modules. This problem will be addressed by gathering three different types of information: the computational cost associated with each interpretation, its level of preference and the incremental nature of its processing, i.e. how early the reading can be accessed. While the preference question can be answered with typical offline methods, such as decision tasks, the cost and the incrementality questions require finer online measurements. Therefore, my proposal relies on the application of techniques from both linguistics and cognitive psychology, ranging from modeling by means of formal semantics techniques to traditional psychological measures, such as reaction times, error quantification and priming, and physiological indices, such as mouse and eye-movements and task-evoked pupillary responses (TEPRs), that have been proved to be good measurements of online parsing.