Chiffrement des masses de données.

par Romain Gay

Projet de thèse en Mathématiques

Sous la direction de Michel Ferreira abdalla et de Hoeteck Wee.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de Sciences Mathématiques de Paris Centre , en partenariat avec DIENS - Département d'informatique de l'École normale supérieure (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Nous vivons au temps des “Big-Data”, où beaucoup de donnés sont générées, collectées et stockées autour de nous. Si aucune mesure n'est prise pour protéger ces données, nous risquons de vivre sous surveillance numérique, dans un futur Orwellien. Malheureusement, les systèmes de chiffrement traditionnels n'ont pas l'expressivité nécessaire aux applications qui mettent en jeu des données volumineuses et complexes. Le chiffrement fonctionnel est un nouveau paradigme pour le chiffrement à clé publique qui permet un accès plus fin aux données chiffrées. Par exemple, il permet de spécifier une procédure de déchiffrement dans le chiffré de sorte que seuls les individus qui satisfont la procédure peuvent déchiffrer ; ou encore, il permet d'associer des mots-clés à chaque clé secrète de sorte que la clé secrète ne puisse déchiffrer seulement des documents contenant le mot-clé.

  • Titre traduit

    Encryption for big data.


  • Résumé

    We live in an era of “Big Data”, wherein a deluge of data is being generated, collected, and stored all around us. These data include not only government, financial and medical records, but also personal information exchanged over email, social networks and other data-sharing sites. Without taking measures to protect these data, we risk living under digital surveillance in an Orwellian future. Unfortunately, traditional encryption systems lack the expressiveness needed in applications involving big, complex data. Recall that in traditional public key encryption, a party encrypts data to a single knownuser,whichisinadequateformoreadvanceddatasharing. Inenterprisesettings,apartywillwant to share data with groups of users based on their credentials. Similarly, individuals want to selectively grant access to their personal data on social networks as well as documents and spreadsheets on Google Docs. Moreover, the access policy may even refer to users who do not exist in the system at the time the data is encrypted. Solving this problem requires an entirely new way of encrypting data.