Premières photographies couleur sur support métallique : approche physico-chimique de l'origine et de la stabilité des couleurs

par Victor De Seauve

Projet de thèse en Epistémologie, histoire des sciences et des techniques

Sous la direction de Bertrand Lavédrine et de Marie-Angélique Languille.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de Ecole transdisciplinaire Lettres - Sciences , en partenariat avec Sciences, Arts, Création, Recherche (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Certains matériaux photographiques anciens restent à ce jour mal connus : il en est ainsi des premières photographies couleurs produites par Edmond Becquerel à partir de 1848, dont le procédé a plus tard été perfectionné par Abel Nièpce de Saint-Victor. Ces images photochromatiques apparaissant sur une surface sensible composée de chlorure d'argent, interrogent les scientifiques dès le 19ème siècle sur la nature des couleurs de ces images. Depuis quelques années, le Centre de Recherche sur la Conservation des Collections s'intéresse à l'origine de ces couleurs qui n'est pas complètement établie à ce jour. Ce sujet de thèse se propose d'étudier les propriétés optiques en relation avec la sub-microstructure des images photochromatiques afin de comprendre l'origine des couleurs et d'en évaluer la sensibilité. Un système modèle de l'image photochromatique sera développé, puis caractérisé par spectroscopies de réflectance, microscopies électroniques et spectroscopies de rayons X. Un des défis de ce travail réside dans la caractérisation de ces images dont la photosensibilité impose un véritable développement méthodologique afin de limiter ou du moins comprendre les effets des sondes sur l'image.

  • Titre traduit

    Edmond Becquerel's First Color Photographs : A Physico-Chemical Approach to the Origin and Stability of Colors


  • Résumé

    In 1848 Edmond Becquerel developed the very first color photographic process and was able to record the solar spectrum with its own colors. A few prints representing still lifes obtained with the same process are still conserved in the National Museum of Natural History in Paris. The support is a silver plate similar to those used for daguerreotypes that underwent a sensitization step and the positive color image is directly formed onto the sensitized plate. The exposure times were quite long and the resulting photochromatic images could not be fixed which is why this invention was not widely used; however, it was the first response to the problem of colors in photography that some considered crucial in the 1840's. Finally, the nature of colors in those plates was not established: it motivated a debate between scientists in the 19th century, and this question is still not solved in the 21th century. The aim of this PhD is to gain insights on the colors of the photochromatic images by studying their sub-microstructures and chemical natures. One of the challenges of this research consists in the high photosensibility of the plates, which implies to develop a specific methodology for studying them.