Du refus scolaire au suivi psychiatrique? Trajectoires d'adolescents déscolarisés en France.

par Laelia Benoit

Projet de thèse en Santé publique - sociologie

Sous la direction de Bruno Falissard et de Jean-Paul Gaudilliere.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Santé Publique , en partenariat avec CESP - Centre de recherche en Epidemiologie et Santé des Populations (laboratoire) , Approches qualitatives et quantitatives des phénomènes complexes: transculturel, adolescence, génomique (equipe de recherche) et de université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    Thématique Scolarité et santé mentale à l'adolescence. Domaine Cette thèse propose d'employer une démarche sociologique afin de répondre à une question de santé publique. Objectif Ce travail a pour objectif de décrire les trajectoires des adolescents qui sont amenés à être suivis en psychiatrie parce qu'ils refusent d'aller à l'école. Contexte En 1991, on estimait que les enfants et adolescents refusant d'aller à l'école représentaient 5% des consultations de pédopsychiatrie en France. Depuis 25 ans, il demeure pourtant difficile de quantifier ce phénomène et son évolution, notamment parce que le refus scolaire ne correspond à aucune catégorie de maladie mentale. L'enjeu sociétal et économique est toutefois considérable. Les associations de parents alertent sur le coût élevé de la déscolarisation, la 'phobie scolaire' rencontre un écho médiatique constant, et les jeunes qui achèvent leurs études sans obtenir de diplôme ont un taux de chômage supérieur à la moyenne pour leur tranche d'âge. De plus, on note l'existence d'une littérature psychiatrique internationale considérable sur le refus scolaire, de nombreuses institutions de soin dédiées à la rescolarisation (consultations et hôpitaux de jours) et de manifestations professionnelles à ce sujet. Dans un contexte de contraintes budgétaires du sanitaire et de crise du système éducatif français, la gestion par le champ médical du refus scolaire pose question. Méthode Premièrement, une analyse socio-historique d'archives décrira comment le problème du « refus scolaire » a été construit et remanié dans le discours scientifique et médiatique. Deuxièmement, une analyse dite des « carrières » s'appuiera sur des entretiens avec des adolescents déscolarisés pour retracer leur trajectoire de l'école à l'hôpital. Troisièmement, on décrira comment l'entourage du jeune - parents, enseignants, proches, professionnels de santé - repère et qualifie ses difficultés de fonctionnement scolaire. Cette approche interactionniste consiste à observer les échanges quotidiens entre les acteurs afin de comprendre leurs processus décisionnels. Autrement dit, comment un jeune en vient-il à être désigné par la catégorie de 'phobie scolaire'? Cette catégorie pourrait-il produire des inégalités sociales de santé? Résultat attendu Décrire les trajectoires de scolarisation et de recours aux soins des jeunes permettra de construire un recueil de données d'épidémiologie sociale pertinent du refus scolaire. Il s'agit de rendre compte d'un problème public qui ne relève pas directement d'un diagnostic psychiatrique mais se situe à l'intersection entre notre système scolaire et notre système de santé.

  • Titre traduit

    From school pressure to a psychiatric follow-up? The journey of teens refusing school in France.


  • Résumé

    Background: School refusal is an increasingly common motive for consultation in child psychiatry. According to the psychiatrists, situations leading to school refusal are extremely diverse, from anxiety feelings in the classroom to truancy, and may lead children to miss school occasionally or to give up their studies. If “anxious school refusal” usually refers to a child who refuses to go to school and expresses a huge anxiety or panic when forced to do so, the definition of this category remains unclear in the literature. It has stimulated diverse diagnostic hypotheses and it is no more longer categorized as a diagnosis in medical classifications. Objective: To describe the career of teenagers who receive psychiatric care because they refuse to go to school. Methods: First, we will provide a socio-history of medicalization of "school refusal" in France through articles review. Second, in-depth interview with teenagers will allow to describe their careers from the school to the psychiatric care. Third, observations of hospital teams will describe the profissionals' decision-making process that leads to the choice of "anxious school refusal" category.