L’œuvre d’Atiq Rahimi : inférences entre littérature et cinéma

par Mouna Naji

Projet de thèse en Lettres Modernes

Sous la direction de Catherine Douzou et de Amor Ben Ali.

Thèses en préparation à Tours en cotutelle avec Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis - Université de Tunis , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 18-01-2017 .


  • Résumé

    Notre projet de thèse s'intitule "L'œuvre d'Atiq Rahimi: Inférences entre littérature et cinéma". Notre travail sera consacré à l’étude des inférences entre littérature et cinéma dans l’œuvre d’Atiq Rahimi. Il sera question d’analyser les différents procédés utilisés dans l’écriture de l’œuvre et qui renvoient au domaine cinématographique. La lecture, le relevé des aspects filmiques et leurs analyses se fera sur les supports littéraires, à savoir le roman Syngué Sabour. Pierre de Patience, qui a fait d’ailleurs l’objet de notre mémoire, Terre et Cendres [« Khâkestar-o-khâk »], Les Mille Maisons du rêve et de la terreur, Le Retour imaginaire et La Ballade du calame. Syngué Sabour. Pierre de patience, est le premier roman d’Atiq Rahimi écrit en langue française, les trois premiers ayant été écrits dans sa langue natale, la langue persane. Publié en 2008, il obtient la même année le prix Goncourt. En 2011, le roman est adapté au cinéma et obtient, une année plus tard, le prix du meilleur film au cours du Festival international des jeunes réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz. Terre et Cendres [« Khâkestar-o-khâk »], est le premier roman d’Atiq Rahimi, paru en langue française en 2000 et adapté quatre ans plus tard par son auteur sous un titre homonyme. Les Mille Maisons du rêve et de la terreur, paru en langue française en 2002, et traduit en quatorze autres langues, le deuxième roman d’Atiq Rahimi viendra alors confirmer son talent singulier dans la littérature. Le Retour imaginaire, paru en 2005 après le retour de l’auteur à sa ville natale suite à vingt ans d’exil. C’est le roman de son propre retour mais aussi de son exil intérieur. La Ballade du calame, publié en 2015 et qui n’est autre que le « portrait intime » de l’auteur en exil, vient ancrer davantage l’œuvre d’Atiq Rahimi dans cette incertitude de genre et dans une littérature transgénérique qui balance entre la littérature et le cinéma certes, mais entre les différents genres littéraires aussi. Ces différents romans qu’Atiq Rahimi a écrit à plusieurs époques de sa vie se rejoignent sur des thématiques redondantes et obsessionnelles telles que l’Afghanistan, la guerre, les confessions, l’exil qu’il soit du personnage ou de l’auteur même, la mémoire, les souvenirs, la réalité d’un pays en guerre, la folie, la mort et l’amour, mais aussi, et surtout, sur les techniques utilisées et la manière si singulière de Rahimi à faire parler sa plume. Nous retrouvons dans toute l’œuvre cette insatisfaction de l’écrivain qui vacille entre les contes, les fables, les mythes et la réalité propres à sa culture persane, un point qu’on devine d’ailleurs à travers le choix de la langue d’écriture de certains de ses romans. Nous y reconnaitrons aussi une description minutieuse qui nous renvoie à un monde scriptural, scénique propre au cinéma, un domaine qui est loin d’être étranger à cet auteur Afghan qui est aussi diplômé en audiovisuel de la Sorbonne Nouvelle et qui est réalisateur. La parole triste, nue et désorientée, les silences, les attentes, le décor lugubre, le sang, l’acte de la parole et le soliloque, font tous partie de ce monde romanesque de Rahimi et nous arrivons à les identifier dans toute son œuvre. Peu de chercheurs ont travaillé sur l’œuvre d’Atiq Rahimi, raison pour laquelle nous avons tenu à limiter notre corpus à son œuvre et d’y travailler sur l’inférence entre littérature et cinéma, tenant compte du cursus universitaire de l’auteur et de son parcours dans le monde littéraire et cinématographique. Ainsi notre sujet n’a pas été traité au préalable, indépendamment des réactions médiatiques et littéraires, surtout par rapport au roman Syngué Sabour. Pierre de patience et la situation de la femme afghane qu’il révèle ainsi que les critiques sur l’écriture originale et singulière d’Atiq Rahimi. Toutefois, nous déplorons le peu de recherches et de critiques sur l’œuvre d’Atiq Rahimi, ce qui fera de notre travail un précurseur de nouvelles recherches sur les écrits de cet auteur Afghan et nous ouvrira aussi la voie à de nouvelles idées et esthétiques de l’écriture cinématographique dans la littérature moderne. La lecture de l’œuvre d’Atiq Rahimi entraîne le lecteur dans un univers tellement précis qu’il se croirait vivre le même combat des personnages. Le souci du détail d’Atiq Rahimi ses mots et ses silences nous laissent attentifs à la moindre description qui se fait dans chaque roman, une description minutieuse qui ne laisse rien au hasard, à la façon d’une prise de vue cinématographique où aucun détail ne doit nous échapper. Quelle est la part de la fable et du réalisme dans cette œuvre ? Dans quelle mesure ces deux dimensions nous renvoient-elles à un aspect filmique omniprésent au fil de la lecture ? Où perçoit-on une certaine mise en scène dans les descriptions de l’auteur ? Comment la parole travaille-t-elle l’aspect filmique de l’œuvre? La progression du discours et le rythme litanique de certains propos nous ancrent-ils davantage dans un aspect purement littéraire ou nous font-ils balancer entre les deux rives du roman et du cinéma ? Mettre l’univers afghan au centre de l’œuvre, source de tout ce qui advient et cible de tout ce qui se rejette éloigne-t-il le lecteur de cet univers cinématographique dans lequel il se trouve immergé pour le plonger dans une littérature engagée qui dénonce la condition d’un peuple en guerre? Sur quel plan se manifeste la dualité de l’écriture d’Atiq Rahimi que nous trouvons toujours à cheval entre deux langues, deux arts, deux civilisations, entre la caméra et le stylo? Où retrouvons-nous Atiq Rahimi l’écrivain et où surgit le réalisateur franco-afghan ? L’impacte de la culture afghane sur les écrits d’Atiq Rahimi enrichie-t-elle sa langue, ou, au contraire, présente-t-elle des contraintes? Quelle importance prend la religion dans ces romans ? Notre approche sera textuelle. La bibliographie, la filmographie ainsi que tous les autres documents consultés, seront plutôt théoriques et nous allons appliquer cela à notre œuvre.


  • Pas de résumé disponible.