L'adulte en formation obligatoire : un paradoxe de l'apprenance ?

par Marie-Paule Maugis

Projet de thèse en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Philippe Carré.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec CREF - Centre de Recherche en Education et Formation, Laboratoire (laboratoire) depuis le 07-10-2016 .


  • Résumé

    La moitié des formations suivies par les salariés des entreprises de dix salariés et plus sont identifiées par ces derniers comme obligatoires (INSEE, 2012). Certaines sont effectivement imposées par l’employeur, ce dernier étant soit le relais des obligations du Code du travail et du Code de la sécurité sociale, soit le prescripteur. Quoi qu’il en soit, imposer une formation c’est faire fi des dispositions du sujet face à l’acte d’apprendre, c’est-à-dire de son apprenance (Carré, 2005), ce qui représente un paradoxe. Ce paradoxe est également à l’œuvre au niveau macro où le sujet n’a d’autre choix que de se former pour rester employable, tout en étant encouragé à l’autonomie. En outre, dans leur théorie de l’autodétermination, Deci et Ryan (2000) soulignent qu’en situation de régulation externe le sujet, moins autodéterminé, s’engagera moins dans le comportement visé. Pour autant, l’intensité de cet engagement n’est pas totalement prévisible. Ce résultat est largement confirmé par l’enquête exploratoire, composée d’entretiens cliniques de recherche, combinés à des temps d’observation complétés par des entretiens d’explicitation (Vermersch, 1994). Le spectre des comportements est large, avec une constante qui est la prégnance pour les sujets de la perception du caractère obligatoire, qu’il soit à valence positive ou à valence négative. Il s’agit ainsi d’identifier des facteurs internes et externes susceptibles d’expliquer le degré d’autodétermination contextuelle et situationnelle du sujet adulte apprenant juste avant sa participation à une formation obligatoire, puis de documenter son engagement sur la base du modèle intégratif de l'engagement proposé par Brault-Labbé et Dubé (2009). Le cadre théorique est la psychologie sociocognitive (Bandura, 1986) et l’approche est diachronique.


  • Résumé

    Half of the training courses followed by employees of companies with ten or more employees are identified by the latter as compulsory (INSEE, 2012). Some of these training courses are imposed by the employer, either to fulfill his obligations under Employment Law and Social Security Law, or unilaterally. However, imposing a training course means ignoring the subject's dispositions toward learning (Carré, 2005), which constitutes a paradox. This paradox also occurs at the macro level, where the subject has no choice but to undergo the training course in order to remain employable, while encouraging his independence. Moreover, in their theory of self-determination, Deci and Ryan (2000) state that, in a situation of external regulation, the subject, being less self-determined, will less likely to display the desired behavior. Furthermore, the strength of his commitment cannot be fully predicted. This result is largely confirmed by the exploratory study, composed of clinical research interviews, combined with observation periods terminating in explicitation interviews (Vermersch, 1994). The spectrum of behaviors is wide, with a constant that is the dominant feature of the constraint for the subject of compulsory training, whether it has a positive valence or a negative valence. This therefore involves identifying internal and external factors that may explain the level of contextual and situational self-determination of the adult learner, directly before they begin a compulsory training course, and then analyzing his commitment on the basis of integrative model of Brault-Labbé and Dubé (2009). The theoretical framework is sociocognitive psychology (Bandura, 1986) and the approach is diachronic.