Impact de différents stress chimiques sur les cellules souches cancéreuses.

par Olivia Villeronce

Projet de thèse en Biologie Santé

Sous la direction de Julie Pannequin.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Sciences Chimiques et Biologiques pour la Santé , en partenariat avec IGF - Institut de Génomique Fonctionnelle (laboratoire) et de Signalisation, Plasticité et Cancer (equipe de recherche) depuis le 03-03-2017 .


  • Résumé

    Le cancer colorectal (CRC) est l'un des cancers les plus mortels, principalement à cause de la formation de métastases hépatiques et/ou pulmonaires. Son incidence dépend de facteurs génétiques, mais aussi de facteurs environnementaux tels que l'alimentation, l'activité sportive, les expositions environnementales…. Etant donné le mauvais pronostic des formes métastatiques et des formes résistantes aux chimiothérapies, il est important de comprendre les mécanismes cellulaires à l'origine de ces phénomènes. Le modèle des cellules souches cancéreuses (CSC) décrit récemment pourrait au moins partiellement expliquer ces mécanismes. En effet, ce modèle suggère que seule une sous population de cellules, minoritaire dans la masse tumorale, soit capable de s'auto-renouveler et de résister aux traitements. Ces CSC seraient à l'origine de l'échappement des tumeurs aux chimiothérapies et des rechutes. Par ailleurs, l'équipe de R.Curtis a suggéré que le chlordécone (Kepone®), pesticide organochloré utilisé dans les bananeraies des Antilles françaises, serait un ligand agoniste de PXR (Pregnane X Receptor, NR1I2). PXR est un récepteur nucléaire récemment proposé par mon laboratoire d'accueil comme une cible thérapeutique prometteuse dans le CRC afin de sensibiliser les CSC aux chimiothérapies. De plus, mon laboratoire d'accueil ¬a aussi montré que PXR présentait une activité accrue dans les CSC, et par conséquent participait activement aux processus de résistance aux traitements et par conséquent à la récidive tumorale. Le chlordécone (CD) qui par son faible taux de dégradation a infiltré les sols, les rivières, les eaux (souterraines et des sources), et les cultures, est susceptible d'augmenter l'activité du récepteur PXR exprimé dans les CSC des patients atteints de CRC, et, de ce fait avoir un impact sur la progression, la résistance mais aussi sur la récidive tumorale. C'est un projet innovant, qui pourra conforter les hypothèses prouvant des relations étroites entre l'environnement (nourritures, pollution de l'air et des eaux…) et l'évolution tumorale et la réponse des patients aux chimiothérapies avec un focus sur les cellules souches cancéreuses, ce qui est une nouveauté dans le domaine.

  • Titre traduit

    Effect of different chemical stresses on colorectal cancer stem cells.


  • Résumé

    Colorectal cancer (CRC) is one of the most lethal, mainly because of the formation of hepatic and / or pulmonary metastasis. Its incidence depends on genetic factors, but also on environmental factors such the food, sports activity, environmental exposures.... Given the poor prognosis of metastatic and chemotherapeutic resistant forms, it is important to understand the cellular mechanisms behind these phenomena. The cancer stem cell (CSC) model recently described could at least partially explain these mechanisms. In fact, this model suggests that only a sub-population of cells, a minority in the tumor mass, is able to self-renewing and resistant to treatments who could lead to relapse. In addition, R. Curtis team suggested chlordecone (Kepone®), an organochlorine pesticide used in bananas in the French West Indies, would be a PXR agonist ligand (Pregnane X Receptor, NR1I2). PXR is an orphan nuclear receptor, a key regulator of xenobiotic metabolism. My host laboratory recently demonstrate that PXR expression and activity are indeed highly restricted to CSCs and proposed PXR as a promising therapeutic target in CRC to raise awareness of CSCs in chemotherapy. Chlordecone (CD) which by its low rate of degradation, has infiltrated soils, rivers, waters (underground and sources), and crops, CD is likely to increase the activity of the PXR receptor in the CSCs of patients with CRC. This high activity have an impact on progression, resistance and on tumor recurrence. It is an innovative project, which can confirm the hypotheses proving a close relationship between the environment (foods, air and water pollution...), the tumor evolution and response of patients to chemotherapy with a focus on Cancer stem cells, which is a novelty in the field.