Le fordisme revisité. Une analyse des innovations de gestion financière et salariale dans deux secteurs industriels de pointe des Trente glorieuse : l'automobile et l'électronique.

par Quentin Belot

Projet de thèse en Sociologie, démographie

Sous la direction de Claude Didry.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec Institutions et Dynamiques Historiques de l'Economie et de la Société (laboratoire) et de École normale supérieure (Cachan, Val-de-Marne) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 22-08-2016 .


  • Résumé

    Dès lors qu'on cherche à analyser les dysfonctionnements récents en matière de gestion de la main d'œuvre au sein des grandes firmes, le regard dévie naturellement vers la finance. Dès que l'on cherche à embraser les évolutions dans une perspective historique, nous sommes d'emblée plongé dans le spectre du « néolibéralisme ». Une représentation courante oppose en effet le libre marché dérégulé des années 2000 dans un contexte de globalisation des économies de marché, à un keynésianisme interventionniste des Trente glorieuses. Le point de rupture serait la mise en œuvre de politiques néolibérales à partir des années 1980-1990. Cette enquête vise, par une étude archivistique serrée, à étudier les formes concrètes des innovations en matière de gestion financière et de gestion de la main d'œuvre au sein des grandes entreprises au cours des années 1960-1970, afin de déconstruire cette opposition schématique. Nous nous intéressons particulièrement à deux secteurs industriels importants, l'automobile et l'électronique.. Plus précisément, nous regarderons les innovations passées de la gestion des entreprises Peugeot et Thomson-Brandt en plein cœur du régime de production fordiste. De cette manière, nous chercherons à souligner les liens d'interdépendances entre le passé et le présent, c'est à dire les continuités existantes dans le processus de financiarisation, afin d'éclairer les innovations récentes dans leur dimension historique.

  • Titre traduit

    New approach of fordism. An analysis of innovations in financial and workforce management in two majors industrial sectors during the thirty years of post-war economic growth : the automobile and electronic sector.


  • Résumé

    As soon as we try to analyze the recent dysfonctions in the financial management of workforce into the big firms, the look spontaneously deviates to finance. It seem like as soon as we understand the phenomenon in a historical perspective, we are immediately plunged into the spectrum of “neoliberalism”. The usual representation oppose the free market deregulated by neoliberal policies from the 1980s and 1990s, to the Keynesian interventionist policies in the post-war economic growth. This research aim to deconstructing this schematic opposition by studying concrete forms of productive process's management in big firms in the 1960s-1970s. Conducting an archival research in firms Peugeot (automobile) and Thomson-Brandt (electronic), we will study the innovations in financial direction and the human resources direction at the heart of fordist production regime. Thus, we will highlight the interdependences between the past and the present, to understand the current transformations of capitalism in his entire historical dimension. We will try to understand the recent innovations in financial administration and management in a whole historic perspective, to underscore continuities into these models which are often only viewed from the perspective of a rupture.