Les termes évaluatifs et le paradoxe de Moore

par Andrés Soria Ruiz

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Isidora Stojanovic.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de Ecole transdisciplinaire Lettres - Sciences , en partenariat avec INSTITUT JEAN NICOD (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    Au cours de la dernière décénie, en philosophie du langage, on a prêté beaucoup d´attention aux théories de l´usage et du sens des prédicats esthétiques et des prédicats de goût (savoureux, beau), des attributions épistémiques (savoir, justifié), des attributions de valeur morale (bon, mauvais) et des modalités déontiques ou épistémiques (peut, doit). Mon objectif est de contribuer à ce débat d´un point de vue peu exploré jusqu'à présent. Une manière très importante d´expliquer le sens des phrases au sein desquels on trouve lesdites expressions—on peut les désigner comme nos phrases-cible (PC) — consiste à les comprendre comme des rapports auto-descriptifs (RAD), c´est à dire, comme des demandes dont le but est de décrire certains aspects spécifiques du contexte occupé par les locuteurs de ces phrases. Ce qui rend un aspect plutôt qu'un autre pertinent va dépendre de la PC en question: la phrase peut décrire le goût du locuteur, ses standards esthétiques, épistémiques ou moraux, ou l´évidence dont il dispose. Ainsi, les PCs sont censées avoir à peu près le même sens que les RADs correspondants. Voici quelques exemples: PC (1) Le poisson cru est savoureux (2) Je sais que tu t'es échappé hier soir (3) La torture est une mauvaise chose (4) Ma soeur est peut-être à la plage RAD (1') Je trouve le poisson cru savoureux / J'aime bien le poisson cru (2') Ma vraie croyance que tu t´es échappé hier soir répond à mes standards épistémiques (3') Mes standars moraux interdisent la torture (4') L'évidence dont je dispose l'exclue pas la possibilité que ma sœur soit à la plage Cette forme de contextualisme a deux avantages importants: d´abord, elle respecte l´intuition sur la justification avec laquelle nous faisons souvent des demandes comme (1)–(4): une telle justification provient de l´autorité de tout rapport subjectif. Ensuite, ce propos est corroboré par l´observation que les PCs et les RADs peuvent donner lieu à des paradoxes de Moore (Stephenson handout). Autrement dit, les phrases suivantes donnent l'impression d'être mal formulées (ce qui est indiqué par le symbole #): (5) # Le poisson cru est savoureux, mais je ne l´aime pas. (6) # Je sais que tu t´es échappé, mais ma vraie croyance que tu l'as fait ne correspond pas à mes standards épistémiques. Cependant, comme il est bien connu, le contextualisme rencontre de grandes difficultés. Tout d'abord, il ne peut pas expliquer les désaccords sur des phrases comme (1)–(4). Supposons que je dise (1) et que vous n'êtes pas d´accord (parce que vous pensez que le poisson cru est dégoûtant). Si (1) veut vraiment dire (1'), alors vous ne pouvez pas être en désaccord avec moi, parce que vous n'êtes pas en mesure d´être en désaccord avec ce que j´aime bien (on appelle cela le problème du “lost disagreement”. Chrisman 2007; Blome-Tillman 2009, 2015; MacFarlane 2014). L'objectif de ma recherche sera d´explorer la relation, exemplifiée par (5)–(8), entre les PCs et les RADs. L´approche que je souhaite entreprendre prend pour son point de départ les théories actuelles de la connaissance de soi, comme, par exemple, les théories transparentistes (Moran 2001; Fernández 2013), constructivistes (Coliva 2012a) ou encore expressivistes (Bar-On 2004; Finkelstein 2003, 2012). Ces théories soulignent la relation entre les pensées de premier ordre (comme la pensée qu'il pleut maintenant à Paris) et les rapports en première personne de ces mêmes croyances (comme le rapport que je pense qu'il pleut maintenant à Paris). Dans mon projet, je me propose d'examiner comment ces théories expliquent la relation entre les PCs et les RADs. Pour illustrer une instance particulière de cette analogie, on note que la thèse de la transparence (Evans 1982), bien étudiée dans les théories de la connaissance de soi, s´applique également à la relation entre PCs et RADs, et ceci de façon universelle. Ainsi si quelqu'un me demande « Le poisson cru est-il savoureux? », je dois prêter attention aux mêmes type de considérations que si l'on me demandait « Est-ce que tu aimes le poisson cru? ». Une autre instance particulière serait la distinction entre le langage descriptif et le langage expressif, développée par les approches expressivistes dans le cadre de la connaissance de soi, et utilisée par Gibbard dans son travail sur le langage normatif (1990, 2003), une distinction qui semble s'appliquer également aux cas qui nous intéressent ici.

  • Titre traduit

    Moore-paradoxical insights for context sensitive language


  • Résumé

    In recent years, the philosophy of language has paid much attention to theories of the use and meaning of taste and aesthetic predicates ('tasty', 'beautiful'), epistemic ascriptions ('know', 'justified'), ascriptions of moral value ('good', 'bad') and deontic or epistemic modals ('might', 'may', 'must'). My aim is to contribute to this debate from a perspective that, to my mind, has been hitherto unexplored. A very prominent way of accounting for the meaning of sentences in which the above-mentioned expressions appear (let us call them our target sentences – TS for short) is to understand them as self-descriptive reports (SDR), that is, as claims that aim at describing particular features of the context occupied by their speakers. What contextual features are relevant depends on the TS: they may describe the taste of the speaker, her aesthetic, epistemic or moral standards, or the body of evidence available to her. Thus, TSs are taken to have roughly the same meaning as the corresponding SDRs. Here are some examples: TSs: (1) 'sushi is tasty' (2) 'I know you sneaked away last night' (3) 'torture is wrong' (4) 'my sister might be in the beach' Corresponding SDRs: (1') 'sushi is tasty to me' / 'I like sushi' (2') 'My true belief that you sneaked away last night meets my epistemic standards' (3') 'torture is prohibited according to my moral standards' (4') 'my evidence does not rule out the possibility that my sister is in the beach' This form of contextualism enjoys two important advantages: first, it respects the intuition about the justification with which we often make claims like (1)-(4): such justification stems from the authority that attends the corresponding SDRs. Secondly, this proposal is supported by the observation that TSs and SDRs give rise to Moore-paradoxes (Stephenson handout). That is, the following sentences sound bad ('#' indicates badness): (5) # 'Sushi is tasty but I don't like it' (6) # 'I know you sneaked away but my true belief that you did does not meet my epistemic standards' However, as is well-known, this account suffers from great difficulties. For one, it cannot explain disagreements regarding claims like (1)-(4). Suppose I say (1) and you disagree (because you think that sushi is disgusting). If (1) really meant (1'), then you could not really disagree with me, because you are not in a position to disagree about what I like (this is often called the problem of lost disagreement. Chrisman 2007; Blome-Tillman 2009, 2015; MacFarlane 2014). My research aims at exploring the connection, exemplified by (5) and (6), between TSs and SDRs. The approach that I intend to introduce is to consider what can be profitably learned from available accounts of self-knowledge that focus on the relation between first-order beliefs and self-reports of those very same beliefs, such as transparency (Moran 2001; Fernández 2013), constructivist (Coliva 2012a) or expressivist accounts of self-knowledge (Bar-On 2004; Finkelstein 2003, 2012). The transparency thesis (stemming from Evans 1982), for example, seems to apply to the relation between TSs and SDRs across the board: if someone asks me 'is sushi tasty?', I have to attend to the same considerations that I would attend to if asked 'do you like sushi?'. Similarly, expressivists about self-knowledge have highlighted a distinction between descriptive and expressive language that has been exploited by Gibbard in his account of normative language (1990, 2003), and that can be further applied to our cases.