Rimbaud, incompris

par Mendel Peladeau-Houle

Projet de thèse en Langues et littératures

Sous la direction de Dominique Combe et de Nelson Charest.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Université d'Ottawa , dans le cadre de Ecole transdisciplinaire Lettres - Sciences , en partenariat avec La République des Savoirs : Lettres, Sciences, Philosophie (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2014 .


  • Résumé

    Comme on l'a dit d'Une Saison en enfer, Les Illuminations sont dotées d'une dimension métapoétique et réfléchissent à leur communication. Réputés illisibles, les textes de ce recueil ne se présentent pas moins comme disponibles. Nous arguons que, vingt ans avant Mallarmé, Rimbaud prévoit la « mort de l'auteur », non à partir du discours critique, mais dans la matière du poème – selon une impulsion épistémologique, critique du romantisme. Cette conception du sens a pour effet de rabattre la lecture sur les poèmes eux-mêmes. Empruntant à une conception grecque de la connaissance, Rimbaud présente une parole se montrant d'elle-même. À travers différents procédés (rhétorique de l'effet, conception du poème comme monnaie d'échange), le recueil se présenterait comme accessible à quiconque le lit. Cette façon de présenter les poèmes comme autonomes prévoirait et court-circuiterait ainsi toute lecture biographique et tout rejet sur la base d'une illisibilité.

  • Titre traduit

    Misunderstanding Rimbaud


  • Résumé

    Na