La fiction et ses paradoxes

par Louis RouillÉ

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Paul Égré.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale École transdisciplinaire Lettres/Sciences (Paris) , en partenariat avec Institut Jean-Nicod (Paris) (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    Certains discours sont fictionnels (un roman, un conte, une plaisanterie, un tableau, un film…) ; d'autres discours sont factuels (la plupart des articles des journaux, un témoignage au tribunal, un essai, une photographie de presse, un documentaire…). En première approximation, cette distinction sépare d'une part les discours1 qui parlent du monde, dont le contenu se mesure à la réalité et d'autre part les discours qui parlent d'un ou d'autres mondes qu'on appelle fictionnels ou imaginaires, qui se construisent sur des faits inventés, dont le contenu n'est pas contraint par les normes de la vérité. Les discours fictionnels sont paradoxaux dans la mesure où ils s'affranchissent des normes du vrai sans violer les contraintes du langage. Le but de ce travail de recherche est de poser et essayer de résoudre trois paradoxes liés à la notion de fiction : les paradoxes épistémique, ontologique et cognitif. Il y a dans la littérature spécialisée un clivage transversal suivant deux types de solutions qu'on peut appeler réalistes et anti-réalistes. Il s'agira de se demander à quel point ce clivage arbitre le débat théorique sur les différentes manières de poser les problèmes philosophiques liés à la fiction ; et s'il est possible de trouver des outils théoriques pour articuler les bonnes intuitions des deux camps, trouvant ainsi une théorie unifiée de la fiction.

  • Titre traduit

    The paradoxes of fiction


  • Pas de résumé disponible.