La juridicisation climatique : une perspective de protection des Etats insulaires

par Ramcène Emmanuel

Projet de thèse en Droit public

Sous la direction de Christophe Euzet.

Thèses en préparation à Perpignan , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 14-12-2016 .


  • Résumé

    L’histoire de l’humanité est telle que les âneries humaines conduisent parfois à l’autodestruction de soi ou de son milieu sous les prétextes d’une théorie, d’un dogme, d’un phantasme, ou autre. Telle est aujourd’hui le cas de l’influence humaine sur le climat. En effet, depuis plus de deux décennies, le Groupe d’Expert Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC), n’a cessé de déclencher la sonnette d’alarme à travers un message fort simple : « il est vital et urgent de limiter le réchauffement global à moins de 2°C ». Malheureusement, les protagonistes cherchent des arguties pour ne pas s’engager, ce qui complique les interventions normatives ; les États eux se cachant derrière leurs souverainetés et les institutions internationales congestionnées par ces évènements. Dès lors, Juridiciser le climat par des normes dissuasives et cognitives parait l’ultime solution pour pallier l’imminence irréversibilité de l’anthropisation du danger. Si cette juridicisation climatique s’avère nécessaire et consensuelle, il est également souhaitable qu’elle soit la fois non seulement adaptée, mais contraignante.


  • Pas de résumé disponible.