La mondialisation de l'armée industrielle de réserve chinoise : sa formation et les impacts sur les salaires dans les pays développés.

par Esther MAJEROWICZ GOUVEIA

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Cédric Durand et de Carlos Aguiar de medeiros.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité en cotutelle avec l'Université de Rio de Janeiro (Brésil) , dans le cadre de École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) depuis le 28-11-2013 .


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse est d’évaluer dans quelle mesure l’intégration de la Chine dans l’économie capitaliste mondiale a été associée avec la déterioration du pouvoir de négociation du travail vis-à-vis du capital dans les pays développés, en termes de stagnation des salaires réels et déterioration des conditions de travail. En niant l’interprétation orthodoxe hégémonique qui relie ces deux phénomènes à travers le modèle d’Heckscher-Ohlin- Samuelson et le théorème de l’égalisation du prix des facteurs de production, nous proposons une interprétation fondée sur la mondialisation de la vaste armée de réserve industrielle chinoise, comme effet de l’alliance entre l’État chinois, et le capital des pays développés sous sa forme productive. Nous construisons cette interprétation à travers deux étapes analytiques qui prennent en compte à la fois la dimension “vers l’extérieur” et la dimension “vers l’intérieur” de la mondialisation de l’armée industrielle de réserve chinoise, en particulier, comment elle a été formée par l’État chinois, et comment le fait que le capital productif des pays développés y accède, dans le contexte de la mondialisation néo-libérale, a favorisé une réorganisation de la division international du travail qui a mis en péril les conditions matérielles qui historiquement avaient mis le travail dans le centre en position de force vis-àvis au capital, par rapport au travail dans la périphérie. D’une part, nous analysons la formation de l’armée industrielle de réserve chinoise, qui a sous-tendu le processus de prolétarisation dans le pays comme conséquence de l’état-parti, réalisé à travers l’accumulation primitive. Nous affirmons que les taux de salaire bas et stagnants des travailleurs chinois non-qualifiés, qui prévalaient dans les années 1990 et jusqu’au milieu des années 2000, au centre de la transformation de la Chine en “usine du monde”, ne proviennent pas que de la destruction des communes et des danweis, mais aussi de l’aliénation constante des surplus croissants des paysans par l’État, qui a favorisé la stagnation des revenus réels de l’agriculture fermière, et a poussé les paysans à prendre le chemin de la prolétarisation, formant une vaste armée industrielle de réserve. D’autre part, nous expliquons comment le fait que le capital des pays développés ait un accès à cette armée industrielle de réserve massive en termes préférentiels, fait encouragé activement par l’état-parti chinois, a augmenté la profitabilité à travers deux effets cruciaux : la réduction immédiate et drastique des coûts unitaires du travail, et en rendant l’armée industrielle de réserve chinoise globale, décalant le rapport de force domestique au détriment du travail et en faveur du capital. Ainsi, nous considérons l’interaction entre ces deux effets opposés: l’effet « termes de l’échange » et l’affaiblissement du pouvoir de négociation des travailleurs, sur les salaires réels et les conditions de travail dans les pays développés. Nous affirmons que la mondialisation de la vaste armée industrielle de réserve chinoise a fourni la masse critique pour briser la connexion historique entre la production industrielle et les marchés de biens de consommation dans les pays développés, qui fournissaient la base matérielle sur laquelle les travailleurs pouvaient conquérir la construction de liens institutionnels entre productivité et croissance des salaires réels. Cela contraste avec le fait que, la mondialisation ayant transformé les travailleurspaysans Chinois en colonne vertébrale de l’armée industrielle active de l’économie mondiale, cela a élevé les conflits de classe au sein de la Chine, où les luttes entre paysans et travailleurs ont été exprimées dans une croissance rapide des salaires, et des changements institutionnels, depuis le milieu des années 2000. Si aujourd’hui ces conquêtes mettent en péril les bases qui ont poussé le capital à promouvoir la mondialisation de l’armée industrielle de réserve de la Chine, nous considérons l’intégration de la Chine dans l’économie capitaliste mondiale à travers son rôle central dans les ch

  • Titre traduit

    The globalization of china’s industrial reserve army : its formation and impacts on wages in advanced countries.


  • Résumé

    Aînes globales de valeur pour les secteurs de l’électronique et les NTIC, qui évolue vers des étapes plus intensives en travail qualifié, ce qui aurait pour conséquence de mettre une pression à la baisse sur les salaires des travailleurs qualifiés dans les pays développés, hypothèse examinée à la lumière de l’étude du cas de l’industrie des semi-conducteurs.