L'ontogénie humaine de l'action conjointe: comment la progression des capacités de lecture de l'esprit et de prise de perspective façonnent-elle les compétences d'action conjointe?

par Sandra Lasry

Thèse de doctorat en Sciences cognitives

Sous la direction de Elisabeth Pacherie.

Thèses en préparation à l'Université Paris sciences et lettres , dans le cadre de École doctorale Cerveau, cognition, comportement , en partenariat avec Institut Jean Nicod (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement opérateur d'inscription) .


  • Résumé

    Bon nombre d‘importantes réalisations de notre espèce sont le résultat d'actions conjointes. L'action conjointe implique que les co-agents forment des représentations partagées de leur environnement, de leurs objectifs et de leurs actions ; ainsi, ils intègrent des représentations de soi et des autres dans une représentation unitaire. Ma thèse porte sur le développement des capacités d'action conjointe et de représentations partagées dans l‘ontogénie humaine. En philosophie, les maximalistes défendent que l'action conjointe nécessite que les co-agents partagent leurs intentions (grâce à une théorie de l'esprit) alors que selon les minimalistes elle nécessite seulement que les individus partagent des buts. Je défends une position minimaliste considérant que la variété des actions conjointes conduit à différentes demandes de représentation et de partage. En psychologie du développement, l‘émergence d‘une théorie de l'esprit chez le jeune enfant est encore débattue. J‘examine les implications de ce débat pour la capacité des jeunes enfants à s‘engager dans une action conjointe et conclus qu‘ils peuvent répondre à des demandes propres aux actions conjointes minimales grâce à des représentations de buts et des capacités de prise de perspective. Enfin, je propose une matrice d'action conjointe combinant : (1) le type de représentation impliquée dans l'action conjointe en fonction de sa complexité et (2) le niveau de partage qu'impliquent de telles représentations en fonction de la stratégie de maximisation de performance mise en place par les co-agents. Les formes d‘action conjointe observées à un âge donné sont ainsi fonction de la complexité de la tâche et de la stratégie qu‘elle met en jeu et dépendent du degré de développement à cet âge de compétences cognitives telles que conscience de soi, prise de perspective et théorie de l‘esprit.

  • Titre traduit

    Human joint action ontogeny: How does the progression of mindreading and perspective-taking abilities shape capacities for joint action?


  • Résumé

    Many significant achievements of our species are the result of joint actions. Joint action requires co-agents to form shared representations of their environment, their goals and actions; to do so, they integrate self and other representations within a unitary representation. I propose to investigate how a capacity for joint action and shared representations develops in human ontogeny. In philosophy, maximalists argue that joint action requires co-agents to share intentions (using theory of mind capacities) when minimalists contend that it requires only that individuals share goals (understanding others‘ behaviors as goal-directed). I defend a minimalist account considering that different forms of joint actions make different representational and sharing demands. In developmental psychology, early theory of mind abilities remain debated. I discuss the implications of this debate for young children‘s capacities to engage in joint action, concluding that young children may meet representational and sharing demands of minimal joint actions using goal representations and visual perspective-taking capacities (instead of intentions and theory of mind capacities). I offer a joint action matrix combining: (1) the type of representation involved in joint action based on its complexity and (2) the level of sharedness implied by such representations based on the co-agents‘ strategy to maximize the joint performance. I argue that, before young children fully develop the mindreading and perspective-taking abilities required for more complex joint actions, they may already successfully engage in minimal forms of joint action – imposing less representational and sharing demands.