Maladies autoimmunes: identification de glycopeptides, autoantigènes issus de glycosilations aberrantes, et préparation de colonnes spécifiques pour un traitement par plasmaphérèse

par Antonio Mazzoleni

Projet de thèse en Chimie Moléculaire

Sous la direction de Jean-Maurice Mallet.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Université de Florence , dans le cadre de Chimie Moléculaire de Paris-Centre , en partenariat avec Laboratoire des Biomolécules (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    Les glycosylations aberrantes sont connues pour affecter de diverses manières la résponse immunitaire et exercer des effect prononcés sur la tolérance immunitaire chez l'homme conduisant à la production d'autoanticorps et donc à des pathologies de type autoimmune. Par une approche « de chimie inverse » nous avons développé des biomarqueurs de quelques pathologies qui impliquent une réponse immunitaire. Cette stratégie s'appuie sur l'hypothèse que des molécules transférées au cours d'infections bactériennes ou virales, (ex des sucres), peuvent persister dans l'organisme et conduire à une modification chimique de protéines, qui vont ainsi générer des néo-antigènes. La conséquence sera double : la perte de leur rôle physiologique et le déclenchement de réactions immunitaires pouvant conduire à des conditions pathologiques. Le projet de thèse a pour but le développement d'un dispositif d'absorption sélective (aphérése spécifique) des autoanticorps responsables de pathologies auto-immunes. Le projet comporte deux étapes: * la première partie est la conception d'un polymère linéaire à géométrie contrôlée et parfaitement adaptée aux IgG et IgM. Ce polymère est conçu pour lier de façon coopérative le maximum de sites du même anticorps IgG ou IgM pour avoir une avidité/affinité très élevée (cet effet est induit par un enroulement progressif du polymère autour de l'anticorps), * la seconde partie consistera en l'exploitation de ce polymère. Il sera greffer sur un support poreux de type gel organique ou inorganique -(silice) qui servira au garnissage des colonnes de plasmaphérèse.

  • Titre traduit

    Autoimmune diseases: identification of glycopeptides, autoantigens resulting from aberrant glycosylations, and preparation of specific columns for a treatment based on plasmapheresis


  • Résumé

    Aberrant glycosylations are known to trigger the immune response and to affect drammatically humane immune tolerance leading to the production of autoantibodies and, therefore, to the development of autoimmune deseases. Biomarkers of diseases that involve immune response were previously developed by using a "reverse chemical" approach. This strategy is based on the assumption that molecules transferred in bacterial or viral infections (eg sugar) can persist in the body leading to chemical modifications of proteins, which will thus generate neo- antigens. There are two consequences: the loss of their physiological role and the onset of pathological conditions related to immune system reactions. The PhD project aims to develop a selective absorption device (specific apheresis) towards autoantibodies responsible for autoimmune diseases. The project is divided into two stages: the first will be based on the development of a linear polymer having a controlled geometry perfectly adapted to the IgG and IgM. This polymer is designed to bind in a cooperative manner most of the sites of the same antibody IgG or IgM in order to have very high affinity (this effect will be induced by a progressive winding of the polymer around the antibody); The second will consist in the exploitation of this polymer that once anchored to a porous support will form the stationary phase of the columns for plasmapheresis.