Le rôle du réseau financier

par Gudrun Johnsen

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Gilles Saint-paul.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de EPS - Economie Panthéon-Sorbonne , en partenariat avec PSE - Paris Jourdan Sciences économiques (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    Des preuves nouvelles et convaincantes de la vulnérabilité du système financier ont été détectées par une commission d'enquête parlementaire islandaise (SIC (2010)), établie à la suite de la crise financière de 2008, pour "chercher la vérité derrière l'effondrement" des banques du pays. secteur, SIC (2010). Le SIC a découvert des structures de propriété étroitement liées et complexes de groupes d'entreprises, qui ont également reçu la majeure partie du crédit octroyé par le secteur bancaire islandais. Ces vulnérabilités ne se limitent pas à la petite économie insulaire, car les économistes du monde entier ont longuement travaillé sur les problèmes de trop grands pour échouer et trop interconnectés pour échouer depuis (Admati & Hellwig (2014), Minoiu & Reyes (2013) et plusieurs autres). Bien que le développement de la construction économique, à la suite de l'accident, à cet égard, soit largement inconnu, il est d'une grande pertinence pour les décideurs politiques responsables de la régulation financière dans le monde entier. Il existe un large fossé dans la littérature décrivant ou prédisant le développement et le comportement des groupes d'entreprises, la nature de leurs réseaux et le financement. Un récit populaire qui a émergé de cette littérature, est que la complexité croissante de la structure de propriété a permis au groupe d'affaires d'accumuler une quantité massive de dette pendant le boom économique; Malheureusement, un niveau d'endettement élevé a rendu les entreprises plus vulnérables à l'échec en période de récession et a accru le besoin de renflouement du gouvernement. En raison de ses vastes implications politiques, ce récit a capturé l'imagination des universitaires et des régulateurs; il suggère que les décideurs politiques devraient porter une attention particulière à la structure de propriété et de capital des groupes d'affaires, non seulement par souci antitrust, mais aussi par la sauvegarde de notre système économique et financier. Alors que ce récit a été très populaire auprès des universitaires, une enquête rigoureuse a échappé aux universitaires en raison du manque de données sur la structure de propriété. Dans cette proposition, nous présentons les premières étapes pour étudier ce récit, en utilisant un ensemble de données exhaustif sur la propriété annuelle et les états financiers des entreprises publiques et privées en Islande, de 2008-2015. Ce jeu de données unique, fourni exclusivement à l'équipe de recherche par CreditInfo, nous permet d'analyser le récit susmentionné et d'examiner rigoureusement les liens individuels au sein de cet argument. Au niveau macro, nous demandons: 1. Quelles sont les différentes raisons de former un groupe d'affaires? 2. Quelles sont les implications pour la structure du capital des entreprises affiliées à un groupe? En particulier, les entreprises affiliées à un groupe ont-elles un effet de levier plus important? Dans l'affirmative, cela se traduit-il par des risques de faillite plus élevés, un risque moral et un besoin accru d'aide gouvernementale en période de crise financière? 3. Quelles sont les implications pour le pouvoir de marché des entreprises affiliées à un groupe par l'intégration horizontale et verticale? Notre objectif est de contribuer à la littérature sur le financement des entreprises, l'économie financière et la recherche opérationnelle, en analysant le redressement de l'économie islandaise après le crash d'une part et le salaire des cadres des entreprises américaines cotées en bourse d'autre part. La recherche commencera à acquérir des connaissances sur la façon dont les groupes d'affaires se forment et évoluent, comment les groupes d'affaires sont financés et comment la structure et le financement des groupes se comparent à une configuration optimale basée sur la théorie des réseaux et l'optimisation. Le groupe de recherche a obtenu et commencé à analyser des ensembles de données uniques qui soutiendront cette recherche.

  • Titre traduit

    The Role of the Financial Network


  • Résumé

    New and compelling evidence of financial system vulnerabilities were detected by an Icelandic Parliamentary Special Investigation Commission (henceforth SIC (2010)) established, in the wake of the Great Financial Crisis of 2008, “to seek the truth behind the collapse” of the country's banking sector, SIC (2010). The SIC discovered a tightly knit and complex ownership structures of business groups, which also received the bulk of the credit extended out of the Icelandic banking sector. Such vulnerabilities are not confined to the small island economy as economists around the world have worked extensively on the problems of too-big-to-fail and too-interconnected-to-fail since then (Admati & Hellwig (2014), Minoiu & Reyes (2013) and many others). Although the development of the economic construct, in the aftermath of the crash, in this regard, is largely unknown, it is of high relevance to policy makers responsible for financial regulation worldwide. A wide gap exists in the literature describing or predicting the development and behavior of business groups, the nature of their networks and financing. One popular narrative that has emerged from this literature, is that growing complexity in ownership structure enabled business group to accumulate massive amount of debt during economic boom; unfortunately, high levels of leverage made firms more prone to failure during a recession, and increased the need for government bailout. Due to its far reaching policy implications, this narrative has captured the imagination of academics and regulators alike; it suggests that policy makers should pay close attention to the ownership and capital structure of business groups, not only out of anti-trust concern, but also the safeguarding of our economic and financial system. While this narrative has been very popular with academics, a rigorous investigation has eluded academics due to lack of data on ownership structure. In this proposal, we outline the first steps to investigate this narrative, using extensive dataset on annual ownership and financial statements of public and private firms in Iceland, from 2008-2015. This unique dataset, exclusively provided for the research team by CreditInfo, allows us to parse the aforementioned narrative, and rigorously examine individual linkages within this argument. At the macro level, we ask: 1. What are the various reasons for forming a business group? 2. What are the implications for group-affiliated firms' capital structure? In particular, do group-affiliated firms have higher leverage? If so, does it translate into higher bankruptcy risks, moral hazard and greater need for government assistance during financial crisis? 3. What are the implications for market power of group-affiliated firms through horizontal and vertical integration? May aim is to contribute to the literature of corporate finance, financial economics and operations research, by analyzing the recovery of the Icelandic economy post-crash on one hand and executive pay of US publicly traded firms on the other. The research will start to build knowledge about how business groups form and evolve, how they pay taxes, how business groups are financed and how the groups' structure and financing compares to optimal configuration based on network theory and optimization. The research group has secured and started to analyze unique datasets that will support this research.