Construire des empires et des bulles: Structure du capital des groupes d'entreprises pendant les cycles Boom-Bust de crédit et l'effet de la rémunération incitative et des boucliers fiscaux

par Gudrun Johnsen

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Gilles Saint-paul.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de EPS - Economie Panthéon-Sorbonne , en partenariat avec PSE - Paris Jourdan Sciences économiques (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    Des preuves nouvelles et convaincantes de la vulnérabilité du système financier ont été détectées par une commission d'enquête spéciale parlementaire (ci-après SIC (2010)), créée à la suite de la Grande Crise financière de 2008, à «rechercher la vérité derrière l'effondrement» du secteur bancaire islandais , SIC (2010). Le SIC a découvert des structures de propriété complexes et étroitement liées aux groupes d'entreprises, qui ont également reçu la majeure partie du crédit accordé par le secteur bancaire islandais. Étant donné le caractère transfrontalier des groupes d'entreprises islandais, il est probable que de tels réseaux d'entreprises existent également dans le reste du système financier mondial. Les vulnérabilités en question reposent entre autres sur l'opacité des instruments financiers, les structures de propriété complexes des groupes d'entreprises et les incitations inappropriées au niveau de l'entreprise, d'un point de vue social. Le développement de la construction économique à la suite de l'accident, à cet égard, est inconnu, mais de pertinence pour les décideurs responsables de la réglementation financière dans le monde entier. Il existe un écart important dans la littérature décrivant ou prédisant le développement et le comportement des groupes d'entreprises, de leurs réseaux et de leur financement. Notre objectif est de contribuer à la littérature sur le financement des entreprises, l'économie financière et la recherche opérationnelle, en analysant le redressement de l'économie islandaise après le crash d'une part et le salaire des cadres des entreprises américaines cotées en bourse d'autre part. La recherche commencera à acquérir des connaissances sur la façon dont les groupes d'affaires se forment et évoluent, comment les groupes d'affaires sont financés et comment la structure et le financement des groupes se comparent à une configuration optimale basée sur la théorie des réseaux et l'optimisation. Le groupe de recherche a obtenu et commencé à analyser des ensembles de données uniques qui soutiendront cette recherche.

  • Titre traduit

    Building Empires and Bubbles: Capital Structure of Business Groups during Credit Boom-Bust-Cycles and the effect of Incentive Pay and Tax Shields


  • Résumé

    New and compelling evidence of financial system vulnerability were detected by a parliamentary Special Investigation Commission (henceforth SIC (2010)) established, in the wake of the Great Financial Crisis of 2008, “to seek the truth behind the collapse” of the Icelandic banking sector, SIC (2010). The SIC discovered a tightly knit complex ownership structures of business groups, which also received the bulk of the credit extended out of the Icelandic banking sector. Given the cross-border nature of the Icelandic business groups it is likely that such networks of firms also exist in the rest of the global financial system. The vulnerabilities in question lie inter alia in opaqueness of financial instruments, complex ownership structures of business groups and inappropriate incentives at the corporate level, from a social standpoint. The development of the economic construct in the aftermath of the crash, in this regard, is unknown, yet of relevance to policy makers responsible for financial regulation worldwide. A wide gap exists in the literature describing or predicting the development and behavior of business groups, their networks and financing. Our aims are to contribute to the literature of corporate finance, financial economics and operations research, by analyzing the recovery of the Icelandic economy post-crash on one hand and executive pay of US publicly traded firms on the other. The research will start to build knowledge about how business groups form and evolve, how business groups are financed and how the groups' structure and financing compares to optimal configuration based on network theory and optimization. The research group has secured and started to analyze unique datasets that will support this research.