Femmes et politique en France et en Pologne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : étude comparée des « salons littéraires » et correspondances

par Dorota Wisniewska

Projet de thèse en Histoire, histoire de l'art et archéologie

Sous la direction de Chantal Grell et de Leszek Ziatkowski.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay en cotutelle avec l'Université de Wroclaw , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société , en partenariat avec Dynamiques Patrimoniales et Culturelles (Antiquité, Moyen-Âge, Temps Moderne) (laboratoire) et de Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (référent) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    La mode des salons s'est répandue en France au XVIIIe siècle et ce type de la sociabilité des élites a aussi gagné la République nobiliaire de Pologne. Les historiens centrent leur attention plutôt sur l'activité culturelle des femmes qui avaient dirigé des salons. Cependant, elles ont reçu des nobles, des politiciens et des diplomates à leurs dîners. De plus, nous pouvons remarquer leur intérêt pour la vie publique en lisant leur correspondance. C'est pourquoi mon projet examine les pratiques mondaines en France et en Pologne-Lituanie, ainsi que la présence des salonnières choisies dans la sphère politique de ces deux pays. La première partie présente le fonctionnement des salons, soulignant leurs similarités et leurs particularités. L'image des salons en Pologne est retracée sur la base des récits des voyageurs qui visitèrent Varsovie pendant le règne de Stanislas Auguste Poniatowski (1764-1795) et des journaux de la noblesse polonaise. Ces conclusions sont confrontées aux résultats des recherches plus complètes sur les salons français.La deuxième partie est inspirée par les méthodologies de la microhistoire et l'étude de cas. Je m'y penche sur les lettres écrites par Marie de Vichy-Chamrond du Deffand et Maria Radziwiłłowa respectivement. Je montre leurs biographies et je caractérise leurs correspondances ainsi que leurs réseaux sociaux. Ensuite, j'aborde leurs rôles actifs dans la sphère publique, leurs engagements et leurs modalités d'action. J'envisage aussi la culture politique de ces femmes. J'apprécie, notamment, quelle place dans leurs missives fut consacrée directement aux informations politiques et je me demande à quels aspects elles s'intéressaient et pourquoi. J'entends par là aussi leur sensibilisation/conscience politique, leurs comportements, leurs opinions, leurs observations et leurs jugements. Enfin, je me concentre sur la question de l'identité et de la citoyenneté de ces femmes, de leurs rapports avec l'État.

  • Titre traduit

    Women and politics in France and Poland in the second half of XVIII Century: comparative study of "literary salons" and correspendences


  • Résumé

    The salon culture flourished in France in the 18th century and this type of elite sociability also reached the Polish-Lithuanian Commonwealth. Historians have focused so far on the cultural activity of women who run salons. However, they received nobles, politicians and diplomats at their dinners and we can observe their interest in public life by reading their correspondence. This is why my project examines social practices in France and in Poland-Lithuania, as well as the presence of the chosen salonnières in the political sphere of these two countries. The first part presents the functioning of salons, accentuating their similarities and specificities. The image of the salon in Poland-Lithuania is based on the diaries of the travellers who visited Warsaw during the reign of Stanislas Auguste Poniatowski (1764-1795) and the accounts of the Polish nobility. These conclusions are compared with the results of more comprehensive research on the salon in France. The second part is inspired by the methodologies of microhistory and case study. I analyse the letters written by Marie de Vichy-Chamrond du Deffand and Maria Radziwiłłowa respectively. I show their biographies, as well as characterise their correspondences and social networks. Then, I discuss their agency in the public sphere, their involvement and their modalities of action. I also consider the political culture of these women. In particular, I observe how much space in their missives is devoted directly to political information and what aspects they were interested in and why. I am also interested in their political awareness, behaviour, opinions, observations and judgements. Lastly, I focus on the issue of women's identity and citizenship, their relationship with the state.