La patrimonialisation de l’impressionnisme français aux États-Unis (1870-1915)

par Claire Hendren

Thèse de doctorat en Histoire de l'Art

Sous la direction de Ségolène Le Men.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent (Nanterre) , en partenariat avec Histoire des arts et des représentations (Nanterre) (laboratoire) depuis le 12-09-2016 .


  • Résumé

    Cette thèse se focalise sur la circulation et l’intégration de l’impressionnisme français aux États-Unis entre 1870 et 1915. Afin d’apporter un éclairage nouveau sur la propagation du mouvement outre-Atlantique, une méthodologie pluridisciplinaire a été développée. D’une part, une base de données des collectionneurs et des expositions tenues aux États-Unis vise à discerner les grandes tendances de la propagation du mouvement dans le pays. L’homogénéité géographique de la dispersion des œuvres du mouvement est ainsi abordée. En effet, si le Nord-Est du pays demeure le foyer central de diffusion artistique, des œuvres du mouvement circulent à l’Ouest dès la fin du XIXe siècle. D’autre part, des études de cas précises d’acquisitions et de circulations d’œuvres permettent de mettre en lumière des dynamiques propres au goût américain et à cette appropriation. Ces exemples précis visent à souligner certains acteurs clés – aussi bien des critiques d’art, des commissaires d’expositions, que des universitaires – dans l’intégration de l’impressionnisme français à la culture américaine. Ce travail cherche donc à développer une histoire transatlantique de l’impressionnisme, cette approche étant indispensable pour comprendre la réception de ce mouvement, ainsi qu’à mettre en évidence les acteurs et les circuits qui en ont permis son entrée dans le patrimoine culturel des États-Unis.

  • Titre traduit

    The American appropriation of French Impressionism (1870-1915)


  • Résumé

    This dissertation focuses on the circulation and spread of French Impressionism in the United States between 1870 and 1915. In order to shed new light on the movement’s integration in the United States, a multidisciplinary methodology was developed. On the one hand, a database of collectors and exhibitions held in the United States aims to identify major trends in the movement’s spread. Whether or not French Impressionist pieces as well as ideas were distributed and discussed evenly throughout the nation is thus addressed. Indeed, if the North-East remains the central hub of artistic distribution, French Impressionist pieces circulated in the Midwest and on the West Coast during the last decades of the nineteenth century. On the other hand, specific case studies of acquisitions and circulations of works serve to emphasize significant trends in American taste and ownership. These specific examples aim to highlight some of the key actors—art critics, curators, and academics—in the integration of French Impressionism into American culture. This study therefore seeks to develop a transatlantic history of Impressionism, a scale that is essential to understand the reception of the movement and to shed light on the actors and circuits that have enabled its entrance into the United States’ cultural heritage.