La fenêtre ouverte sur le virtuel dans le roman gothique féminin britannique (1764-1897)

par Fany Robuchon

Projet de thèse en Langue Vivante d'Anglais

Sous la direction de Didier Girard.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 08-12-2016 .


  • Résumé

    « Châteaux de la subversion », enfermements divers, héroïnes en détresse, séducteurs mystérieux, tensions érotiques soutenues, schémas temporels biaisés, peurs savamment mises en scène et apparitions aussi mélodramatiques qu’inédites constituent l’apanage classique et quasi axiomatique du roman gothique britannique. Certains topoï récurrents, moins flagrants, demeurent encore dans l’ombre de ces archétypes du genre. C’est le cas des fenêtres dont la présence dans la fiction gothique reste discrète, mais entêtante car on ne sait devant leur prolifération s’il s’agit de détails emblématiques du décor pour dialoguer avec un monde virtuel à venir ou d’un simple motif exorcisant les paradoxes insoutenables d’un présent diégétique ou épistémologique. Que la fenêtre se présente close, ouverte, brisée ou entrouverte, le romancier gothique semble se l’approprier lorsque les protagonistes font face à des situations d’émotion intense, de captivité ou à caractère surnaturel. À la fois barrière incapacitante et ouverture vers l’extérieur, la fenêtre est un espace liminal dans ses dimensions diégétique et symbolique. Dans ce contexte, elle se fait également sujet, objet et technique artistique. Il conviendra alors d’en explorer les dimensions narratologique, sémiotique, allégorique et métalittéraire pour mieux en comprendre la fonction. Dans le cadre de cette thèse, il s’agira de déterminer, par l’étude d’un large corpus de romans gothiques à constituer et à faire connaître, si le motif de la fenêtre est porteur d’une dimension genrée, ainsi que d’établir son appartenance spécifique à cette sensibilité qui accompagna le paysage culturel du 18ème siècle, et se prolongea jusqu’au terme du siècle suivant, malgré des transformations flagrantes. Par conséquent, il conviendra de se pencher sur les piliers du genre tel qu’Ann Radcliffe et Clara Reeve, mais également d’explorer les romans d’auteures plus méconnues à l’instar de Charlotte Smith, Maria Regina Roche ou encore Isabella Kelly. Cette étude sera par ailleurs conduite dans une visée comparative entre les œuvres féminines et masculines en s’intéressant, entre autres, aux romans d’Horace Walpole et Bram Stocker qui, respectivement, ouvrent et clôturent le mouvement gothique à proprement parlé.


  • Pas de résumé disponible.