La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914)

par Charles Plet

Projet de thèse en Littératures française et francophone


Sous la direction de Henri Scepi et de Andrea Oberhuber.

Thèses en préparation à Paris 3 en cotutelle avec l'Université de Montréal , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle (Paris) (laboratoire) depuis le 05-12-2016 .


  • Résumé

    Parallèlement à la construction progressive du concept d’« adolescence » par certaines disciplines telles la sociologie et la psychologie, la catégorie de la jeune fille prend une importance de plus en plus marquée dans la réalité sociale et la littérature française des années 1880-1914. Et pourtant : malgré son importance tant quantitative que « qualitative » dans le roman tournant-de-siècle, force est de constater que le personnage-personne de la jeune fille n’a reçu que très peu d’attention critique au cours des dernières décennies. C’est encore plus vrai du personnage de la jeune personne tel qu’il est représenté dans le « roman catholique » des années 1880-1914, cette étiquette de même que l’immense espace d’hétérogénéité générique constitutive qu’il représente ayant somme toute fait l’objet de peu de travaux. L’objectif de cette thèse consiste donc à préciser les caractéristiques que revêt la jeune fille de papier en régime catholique d’écriture ainsi que l’utilisation à des fins politiques, socioéducatives et idéologiques qui est faite d’elle par les romanciers catholiques de l’ère 1900 – autrement dit par les différents pôles d’un sous-champ littéraire catholique en construction et en mouvement. Pour ce faire, et au croisement de l’histoire littéraire, de l’histoire culturelle et de la sociologie de la littérature, il convient d’abord de mettre à jour les exigences, normes et valeurs diffusées au sein du sous-champ, toutes liées à la jeune fille historique et sociale et qui conditionnent les postures et les pratiques d’écriture de l’ensemble des agents. Seulement après analyserons-nous les représentations de la « jeune fille » inscrites dans les principaux sous-genres investis par les romanciers catholiques du temps – le roman d’amour, le roman traditionaliste et le roman de vocation spirituelle. On verra alors qu’en plus de rendre visible un conflit de représentations fictionnelles qui réfracte les débats sociaux entre laïcs-républicains et catholiques, les personnages de jeunes filles mis en récit par le roman catholique révèlent les conflits qui opposent différents acteurs à l’intérieur même du sous-champ et, plus largement, du monde catholique de la période 1880-1914. C’est poser que la « jeune fille » est à la fois l’un des enjeux et l’un des instruments fondamentaux du sous-champ des romanciers catholiques tournant-de-siècle : sa représentation littéraire permet en effet aux écrivains catholiques d’alors, en fonction de leur position (dominante-orthodoxe ou dominée-hérétique) dans le sous-champ et des intérêts qui leur sont associés, de prendre position dans le sous-champ littéraire catholique, autrement dit de conserver telle quelle ou de subvertir profondément la structure du sous-champ, et donc par extension la structure du champ des formes et des contenus romanesques.

  • Titre traduit

    The Representation of Girls in the French Catholic Novel (1880-1914)


  • Résumé

    The girl is more important than ever in Fin-de-Siècle France : the rising conflict between the Third Republic and the Church puts the spotlight on this now unavoidable fictional character. And yet, very few studies have focused on her. The same could be said of the Catholic Novel, which has not received much critical attention over the last decades. This study thus aims at describing the features of the girl in French turn-of-the-century Catholic literature, and the ways she is used by Catholic writers to undermine the basis of the new (anticlerical) Republic. But Catholic writers are far from agreeing on the ways the girl should be depicted : some believe that her fictional representation should have moral and ideological effects on the readers (romance and traditionalist writers such as M. Maryan, Henry Bordeaux, René Bazin and Paul Bourget), while others think it should inspire in them the love of the Passion of Jesus (spiritual writers like Barbey d’Aurevilly, Léon Bloy and Émile Baumann). In short, this study shows how, in Fin-de-Siècle French literature, the girl becomes one of the major instruments of the conflicts between Catholics and Republicans, but also between Catholics.