Les enjeux spirituels en soins palliatifs

par Maéva Cuniah

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Natahlie Bailly.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 15-11-2016 .


  • Résumé

    Les notions de « besoins spirituels », de « souffrance spirituelle » ou encore de « bien être spirituel » s’introduisent de manière exponentielle dans le champ de la santé notamment par le biais des soins palliatifs qui revendiquent une approche holistique de la personne. De nombreuses recherches d’origine nord-américaines (Puchalski, 2008 ; Chochinov, 2006) tendent à constater que les patients atteints de maladies létales ont des attentes qui transcendent la sphère physique, psychique et sociale. Effectivement, la rencontre de ces patients confrontés à la maladie grave, à la souffrance et à la mort ne peut se faire sans une ouverture permanente au questionnement sur le sens de l’existence. Souvent assimilée et confondue avec la religion, la spiritualité, considérée comme une dimension trop personnelle touchant au domaine de l’intime, a été pendant longtemps négligée dans la pratique médicale et a suscité un sentiment d’incompétence chez les soignants (notion opposée au modèle bio-médical et à la technicité du soin, peur du prosélytisme, sécularisation de la société, etc.) Néanmoins, depuis quelques années, un véritable tournant s’opère dans la prise en compte du rôle des besoins spirituels des personnes en fin de vie en réponse à la demande des patients, grâce entre autre à la porte humaniste véhiculée par les soins palliatifs dont l’objectif est de soulager les douleurs physiques, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle (Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs, 1990). En opposition à une médecine technoscientifique séparant le corps et l’esprit, Sulmasy (2002), dans la continuité des travaux d’Engel (1977) et de son modèle biopsychosocial vient nourrir la pratique clinique en élargissant ce modèle aux préoccupations spirituelles des patients en fin de vie. Le Groupe Label CTR (2004) fait ainsi émerger quatre notions à prendre en considération afin de clarifier les déterminants du concept de spiritualité chez le patient atteint d’une maladie incurable: le sens (S), la transcendance (T), l’identité (I), et les valeurs (V). La Région Centre qui se situe parmi les régions les mieux classées en France dans le domaine des soins palliatifs avec 2 USP (une troisième actuellement en cours de création), plus de 300 LISP, 12 équipes mobiles dédiées aux établissements, 6 équipes dédiées au domicile et aux établissement non hospitaliers, 1 équipe mobile pédiatrique régionale et 1 équipe de coordination régionale chargée de la cohérence du dispositif, contribue activement à cette volonté de parfaire la transversalité du système de santé. Cette thèse s’inscrit dans cette mouvance afin de promouvoir le travail de diffusion et de partage de cette culture palliative entre acteurs de santé de la région. En s’appuyant sur le modèle biopsychosocial et spirituel, ce projet de recherche consistera à travailler sur les différentes structures de la région Centre en particulier les unités de soins palliatifs pour tester un modèle prenant en compte la dimension spirituelle dans l’approche globale des personnes atteintes d’une maladie létale. Pour répondre à cet objectif, 5 études seront réalisées: 1) Une revue systématique (« systematic review ») sur le rôle de la spiritualité en soins palliatifs. Le but étant de dresser un bilan exhaustif sur cette thématique afin de spécifier nos recherches futures. 2) Une analyse qualitative auprès de 40 acteurs de santé de la Région Centre (médecins, psychologues, infirmiers et aides-soignants) travaillant en soins palliatifs consistera à mettre à jour les attentes spirituelles des patients en fin de vie afin de voir si ces besoins sont en accord avec la pratique (entretiens individuels et focus group, logiciel d’analyse Nvivo). 3) Des analyses de 25 cas cliniques auprès de patients en soins palliatifs viendront éclairer ce que la notion de spiritualité pourrait recouvrir aujourd’hui et ce qu’elle pourrait apporter dans la prise en charge. Des entretiens individuels semi-dirigés seront réalisés. 4) Une étude quantitative nous permettra d’évaluer l’impact des soins de support (méditation de pleine conscience, sophrologie, yoga et réflexologie) mis en place au sein des unités de soins palliatifs de la Région Centre pour mesurer le bien-être spirituel des patients. 5) L’élaboration et la validation d’un outil permettra l’évaluation et l’accompagnement des personnes atteintes d’une maladie létale. La finalité de cette thèse est d’élargir le modèle bio - médical qui prévaut depuis le 19ème siècle en incluant la dimension spirituelle dans le champ du soin. Le but est de faciliter une meilleure approche globale des patients atteints d’une maladie létale en proposant des outils d’accompagnement de la spiritualité dans le contexte de la fin de vie.


  • Pas de résumé disponible.