L'alterite et la diversité au défi des évaluations certificatives : refléxions à partir du DELF: histoire, usages, réceptions.

par Alper Aslan

Projet de thèse en Letttres linguistiques

Sous la direction de Emmanuelle Huver.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 11-10-2016 .


  • Résumé

    La diffusion linguistique et culturelle du français occupe une place majeure et primordiale dans la politique internationale de la France. Les certifications linguistiques font figure de pierre angulaire de cette politique, dans la mesure où elles font l’objet d’une demande croissante. Tant du point de vue de sa visée de diffusion que du point de vue de sa fonction de promotion linguistique et culturelle de la France, le DELF (Diplôme d’Etudes en Langue Française) est représentatif de ces évolutions et en cristallise les différents enjeux. La recherche sur l’évaluation en didactique – didactologie des langues n’a jusqu’à présent que peu interrogé les raisons, les enjeux et les effets de l’évolution de ce diplôme et les dynamiques d’homogénéisation et de standardisation dont elles relèvent, alors qu’elles semblent entrer en conflit avec des demandes de plus en plus fortes de prise en compte de la diversité (linguistique, culturelle, formative), liées à l’émergence d’un espace francophone plus affirmé d’une part et à la forte diversification des demandes de français d’autre part, dans un paysage en outre de plus en plus concurrentiel. Cette homogénéisation est sans doute à mettre en lien avec le fait que le DELF constitue une source de revenus significative et qu’il doit donc donner tous les gages d’une évaluation fiable et valide, bien qu’il soit utilisé dans des contextes où la situation économique, politique, éducative et socioculturelle sont d’une diversité indéniables. C’est cette réflexion que notre recherche développe, en s’attachant à la problématique de la prise en compte, dans l’élaboration et la mise en œuvre de l’évaluation, de la diversité non seulement linguistique et culturelle, mais également des situations, des projets, des traditions ou encore des représentations des usagers (évaluateurs et évalués). Ce faisant, c’est également la tension universalisme – contextualisation qui est abordée, sous l’angle de la certification. Notre thèse interroge donc la place du DELF en tant qu’un outil d’évaluation à partir de deux contextes sociolinguistiques, turc et marocain, en partant notamment des questions suivantes : peut-on parler d’un universalisme du DELF ? Quels sont les enjeux autour du DELF liés à l’altérité et aux représentations d’un contexte à l’autre ? Quelle est l’influence du passage d’une décentralisation (ou peut-être d’une décontextualisation) à une centralisation au niveau de l’élaboration des examens sur l’universalisme (ou peut-être la standardisation) de ces derniers ?


  • Pas de résumé disponible.