Le prétexte photographique dans l'écriture de Michel Butor

par Adèle Godefroy

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Philippe Daros.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (laboratoire) depuis le 30-09-2016 .

  • Titre traduit

    El pretexto de la fotografía en la escritura de Michel Butor


  • Résumé

    Quels dispositifs dynamiques d’écriture des lieux la photographie permet-elle d’imaginer ? Comment peut-on « illustrer » une image ? En quoi les textes littéraires écrits avec la photographie sont-ils une occasion de penser le rôle actif du regard dans l’expérience de la création ? Cette thèse propose de réfléchir aux fonctions de la photographie dans l’écriture littéraire, à partir de ses différents usages par Michel Butor (1926-2016). L’écrivain pratique lui-même cet art durant une dizaine d’années (1951-1962) parallèlement à la publication de son œuvre romanesque : tel un « exercice » pour lui apprendre à voir, l’appareil photo est un instrument d’exploration et d’ancrage dans les lieux qu’il traverse. Par la suite, Butor a conservé « un viseur dans la tête » : il ne cesse d’illustrer les images des photographes avec lesquels il collabore. Les livres d’artiste s’enrichissent du compagnonnage du texte poétique et de l’image. Chaque projet rend compte d’une écriture singulière des lieux où la photographie a été un point de départ : elle contamine l’écriture, tant et si bien qu’elle peut disparaître dans la réédition du texte. Avec les photographies d’ateliers d’artistes, l’écrivain entre dans le cadre de l’image : ses textes poétiques exhibent le processus de l’œuvre et prolongent le geste singulier de l’artiste. Michel Butor démultiplie les dispositifs de lecture de l’image et les transmet au lecteur, comme une invitation à faire sa propre expérience de la création littéraire

  • Titre traduit

    The photographic pretext in Michel Butor's writing


  • Résumé

    What dynamic devices for writing about places does photography allow us to imagine? How can we "illustrate" an image? How literary texts written with photography can be an opportunity to think about the active role of the gaze in the experience of creation? This thesis proposes to reflect on the functions of photography in literary writing, based on its different uses by Michel Butor (1926-2016). He practiced himself this art for a decade (1951-1962) in parallel with the publication of his novels : as an "exercise" to teach him how to see, the camera is an instrument of exploration and anchoring in the places he crossed. Afterwards, Butor kept a "viseur dans la tête": he never ceased to illustrate the images of the photographers with whom he collaborated for artist's books. Those were enriched by the companionship of the poetic text and the image. Each project gives an account of a singular writing of the places where the photography was a starting point : it is infused in the writing so much that it can finally disappear in a new edition of the text. With the photographs of artists' studios, the writer enters the frame of the image : his poetic texts exhibit the process of the work and extend the artist's singular gesture. Michel Butor multiplies the reading devices of the image and he transmits them to the reader, as an invitation to make one's own experience of literary creation.