La contribution féminine au processuse de démocratisation en Tunisie entre 2011-2014.

par Amel Nouri

Projet de thèse en Etudes Politiques

Sous la direction de Marie Ladier-Fouladi.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 29-11-2016 .


  • Résumé

    Depuis la révolution de 2011, de nombreuses études ont été consacrées aux changements survenus en Tunisie, en particulier aux articles progressistes de la nouvelle Constitution relatifs aux droits des femmes Les aspects socioreligieux, législatifs et économiques semblent être les approches les plus employées pour traiter la question féminine en Tunisie. Mais ce qui me semble être, négligé dans ces études, c’est l’examen de l’écart entre les lois et la pratique. En effet, il existe une grande différence entre ce que garantit la législation tunisienne en matière des droits politiques féminins, qui considère la femme comme une citoyenne bénéficiant des mêmes droits que les hommes, et la présence féminine dans la vie politique en tant que participante et actrice de celle-ci. L’intérêt de cette recherche est donc de penser la révolution et la démocratie dans une dimension socio-politique et de dépasser les lectures superficielles; « Les sciences sociales du politique semblent procéder aujourd’hui dans une direction fort différente : la majorité des analyses contemporaines réduit les situations révolutionnaires à des régimes révolutionnaires, en faisant l’hypothèse que la transformation institutionnelle de la révolution supprime, bel et bien, le conflit et les subjectivités. Le jugement-éclaire « La révolution est au pouvoir : la révolution est finie.».(…)Cette lecture, qui est adoptée pêle-mêle pour l’Égypte et la Tunisie, l’Ukraine et le Venezuela contemporains, permet de simplifier des choses complexes, en offrant des bribes de compréhension .» Je propose donc à travers de cette étude de penser « la révolution en cours » et la place des femmes dans cette nouvelle démocratie en examinant l’action politique féminine dans l’espace public, comme la manifestation de la citoyenneté.


  • Pas de résumé disponible.