Le carnet d'écriture en didactique des langues, anthropologie de la relation et de l'expérience de subjectivation

par Thaïs Poisson

Projet de thèse en Didactique des langues et des cultures

Sous la direction de Serge Martin.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) et de Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (equipe de recherche) depuis le 12-11-2016 .


  • Résumé

    Cette recherche se donne pour objet l'étude du carnet d'écriture. Nous avons regroupé nos différentes réflexions sous deux thèmes principaux, l'un étant la relation d'une part, et de l'autre la subjectivation. Nous nous placerons donc dans la peau de l'anthropologue le temps de deux ateliers d'écriture, afin d'observer la construction d'un espace de transition de la pensée par l'intermédiaire du carnet. Nous tenterons d'en décrire les mécanismes discrets et d'en comprendre les enjeux didactiques. D'abord un travail d'investigation, cette enquête de terrain s'intéresse aux relations dans l'écriture, le carnet étant la pierre angulaire de ce travail. Nous partons du principe qu'il existe différentes façons d'être à l'écriture. De la volonté d'écrire à la manière dont on en vient à écrire, un univers existe et c'est en cela que l'on peut penser que chacune des relations à l'écriture est, à sa manière, riche de sens pour l'auteur lui-même. Ainsi, une grande partie de ce travail sera de capter ce qui se joue dans l'espace qui se créé entre un auteur, sa pratique de l'écriture, son outil de travail et son environnement. Afin d'éclairer cette recherche, nous nous interrogerons sur ce qu'ont été et ce que sont les écritures dites de soi. C'est là notre travail d'archéologue de l'écriture. Nous étudierons les différentes formes d'écriture de soi à travers les publications d'archives d'auteurs, de journaux, etc. Ceci nous permettra d'une part de situer notre travail dans cette grande tradition historique et littéraire, et d'autre part de proposer une manière de penser l'histoire, dans le sens du récit mais également de l'historicité. Deux terrains de recherche, deux types de public, deux méthodes de travail, l'un se déroule au collège et l'autre en école primaire. Pour finir et tout commencer, comment permettre un espace d'expression par le carnet, et pourquoi le faire ?


  • Pas de résumé disponible.