Populations de cellules confinées: Aspects Bidimensionnel et Tridimensionnel.

par Trinish Sarkar

Projet de thèse en Physique

Sous la direction de Pascal Silberzan.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale Physique en Île-de-France (Paris) , en partenariat avec PhysicoChimie (laboratoire) et de Institut Curie (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    Les cellules constituant un tissu s'organisent spontanément. Par exemple, des fibroblastes fusiformes confinés dans une bande suffisamment fine s'alignent dans la direction de cette bande. Ces phénomènes ne peuvent s'expliquer que sur la base de comportements collectifs. Dans le projet proposé, il s'agit de quantifier ces organisations cellulaires in vitro, dans divers environnements. Nous nous intéresserons tout d'abord à la dynamique de l'orientation globale et à l'émergence d'une chiralité dans des populations de cellules allongées cultivées dans des environnements micropatternés ou microfabriqués. Sur la base d'observations in vivo, nous proposons ensuite de transposer ces expériences à des substrats courbés tels que des fibres ou des sphères. Finalement, nous quantifierons la transition de 2D (monocouche) vers 3D (multicouches, kystes ou sphéroïdes) que ces systèmes rencontrent sous confinement.

  • Titre traduit

    Confined and shaped cell populations: 2D, 3D and beyond


  • Résumé

    Cells in contact within a tissue routinely organize spatially. For example, longated fibroblasts confined in an adherent thin stripe align in the stripe direction. Such organizations rely on the collective: they cannot be explained only by the behavior of individual single cells and their study requires specific experiments and theoretical models. In the present project, we propose to quantify cell organizations in vitro, in various controlled environments. We will first study the dynamics of the local orientation and the emergence of chirality of fibroblasts or fibroblast-like cells cultured in micropatterned/microfabricated environments. Then, motivated by in vivo observations, we plan 1) to transpose these experiments to shaped surfaces (wires or spheres) and 2) to quantify the transition from 2D (monolayer) to 3D (cell cords, spheroids or cysts) that cells spontaneously undergo upon confinement. This project involves methodological developments, as well as theoretical modelling.