CoPraLE : Rôle des compétences pragmatiques dans la compréhension du langage écrit chez l'enfant

par Valérie Golly Ledoux (Ledoux)

Projet de thèse en Lettres et Sciences Humaines - SHS

Sous la direction de Stéphanie Caillies et de Christelle Declercq.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole Doctorale Sciences de l'Homme et de la Société , en partenariat avec (C2S) - Laboratoire de psychologie Cognition Santé Socialisation (laboratoire) depuis le 16-01-2017 .


  • Résumé

    Ce projet vise à déterminer si les compétences pragmatiques jouent un rôle dans la compréhension du langage écrit par des enfants d'âge scolaire et si elles peuvent expliquer les difficultés de compréhension que certains d'entre eux éprouvent. Les enfants considérés comme mauvais compreneurs se caractérisent par des difficultés de compréhension alors qu'ils sont capables de décoder l'écrit en associant les différentes lettres à des sons et ainsi de reconnaître chacun des mots. Les recherches ont démontré que leurs difficultés proviennent notamment de la capacité à produire des inférences (Cain & Oakhill, 2011). L'inférence peut se définir brièvement comme l'information produite ou récupérée en mémoire pour combler ce qui est implicite dans un texte (McKoon & Ratcliff, 1992). Toutes ces études ayant différencié les bons et mauvais compreneurs se sont focalisées sur les inférences sémantiques. Or, de nombreux récits décrivent des situations qui peuvent être sociales et/ou intentionnelles, et dont la compréhension requiert des inférences d'une autre nature. Ces inférences peuvent être nommées inférences pragmatiques parce qu'elles permettent de comprendre les significations qui dépendent plus de la situation particulière décrite, concernant par exemple l'intention du personnage, que de la mobilisation de significations décontextualisées (Gibbs, 1999). Nous nous proposons dans ce projet d'étudier la capacité des enfants de 7 à 9 ans, bons et mauvais compreneurs, à produire des inférences sémantiques et pragmatiques à partir du langage écrit. L'hypothèse générale formulée est que les difficultés des mauvais compreneurs résident en partie dans une insuffisance inférentielle, sémantique mais également pragmatique. La tranche d'âge choisie est celle au cours de laquelle les processus de bas niveau perdent en influence et où les compétences pragmatiques les plus élaborées commencent à être mobilisées pour construire une représentation mentale plus cohérente (Bernicot, 2002 ; Syrett & Musolino, sous presse). Les études prévues, toutes basées sur la présentation de textes à des enfants bons et mauvais compreneurs, appréhenderont 1) la production d'inférences sémantiques et pragmatiques chez les enfants après la lecture des textes, par leurs réponses à des questions permettant d'évaluer leur compréhension des informations données dans le texte et des informations à inférer ; 2) l'automaticité des processus de production d'inférences au cours de la compréhension par un sondage de la représentation construite 3) le lien entre la production d'inférences chez les enfants et l'évaluation qu'ils ont de leur propre niveau de compréhension. L'impact scientifique de ce projet réside dans la prise en compte simultanée des compétences sémantiques et pragmatiques. L'aptitude à se comporter en compreneur ou locuteur compétent dépend de l'aptitude à ancrer les informations communiquées dans la situation contextualisée et à tenir compte des intentions et des états mentaux des protagonistes évoqués dans les textes. Etudier les inférences pragmatiques au même titre que les inférences sémantiques donnera une vision plus réaliste des compétences des enfants. De plus, si les études mettent en évidence une difficulté spécifique dans les inférences pragmatiques chez les mauvais compreneurs, elles permettront de faire évoluer les méthodes d'éducation mises en place pour remédier aux difficultés de compréhension.

  • Titre traduit

    Role of pragmatic competences in child's comprehension reading


  • Résumé

    The aim of this project is to determine whether pragmatic skills play a role in reading comprehension by school-aged children and whether they can explain their poor comprehension skills. Children considered to be poor comprehenders are characterized exclusively by difficulty in comprehension: they are able to read by associating the different letters with sounds and thus recognizing each word. There are different studies indicating that children with poor reading comprehension are less likely to make inferences when reading (Cain & Oakhill, 1999, 2011). Inference can be defined briefly as information produced or retrieved in memory to fill what is implicit in a text (McKoon & Ratcliff, 1992). These studies, which having differentiated between the good and poor comprehenders, have focused on semantic inferences. However, many narratives describe situations that may be social and / or intentional, and whose understanding requires inferences of a different nature. These inferences can be called pragmatic inferences because they make it possible to understand the meanings that depend mainly on the particular situation described, such as the character's intention (Gibbs, 1999). In this project, we propose to investigate the ability of 7- to 9-year-old children to understand written text and particularly to produce semantic and pragmatic inferences. Our general hypothesis is that the difficulties of the less-skilled comprehenders result from both semantic and pragmatic inadequate inferences. The planned studies, all based on the presentation of texts to good and poor comprehenders, will assess: 1) the drawing of semantic and pragmatic inferences in children after reading texts, thanks to their answers to questions about information that need to be inferred. 2) the automaticity of the inference drawing processes during the comprehension by an online survey of the mental representation; 3) the link between the inferences drawing of children and their own general level of comprehension. The originality of this project lies in the simultaneous consideration of semantic and pragmatic skills. The ability to behave as a competent skilled comprehender or speaker depends on the ability to anchor the information communicated in the contextualized situation and to take into account the intentions and mental states of the protagonists mentioned in the texts. Studying pragmatic inferences in the same way as semantic inferences will give a more realistic view of children's inference skills. Moreover, if our studies reveal specific pragmatic inference difficulties in the less-skilled comprehenders, they could contribute to new methods of education and remediation of comprehension difficulties.