L'expérience du réel dans l'oeuvre de Pierre Bougounioux

par Olivia Scelo

Projet de thèse en Litterature generale et comparee

Sous la direction de Jerome Roger.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Textes, Littératures : Ecritures et modèles (equipe de recherche) depuis le 14-12-2016 .


  • Résumé

    La lecture de l'oeuvre de Pierre Bergounioux permet de s'interroger sur les caractéristiques d'une oeuvre littéraire contemporaine qui inscrit le texte dans le monde présent, considéré par l'auteur comme le seul temps réel, loin de la représentation autotélique de la littérature. Dans cette perspective, le métier d'enseignant de Pierre Bergounioux a occupé une place essentielle qui rend possible - grâce à l'inscription sociale dans le monde qu'il procure et non pas comme thème d'inspiration - l'expérience de l'écriture, une expérience qui se nourrit de la présence aux choses, qui refuse d'être une production indépendante du monde réel qui la voit naître. Cette attention au monde qui nous entoure, aux conditions de notre être dans le monde, influence le choix d'un style qui pourrait accroître le sens de l'existence. L'ancrage dans le présent justifie une forme, fragmentaire et personnelle à la manière des essais de Montaigne, et des choix discursifs éloignés de la narration magistrale pour rendre aux acteurs la conduite du récit. L'oeuvre de Pierre Bergounioux se caractérise également par le caractère indéterminé, inachevé, de ce présent qui fait de l'écriture le lieu même de l'expérience, la recherche du sens et des contours d'une présence au monde. Il s'agit d'examiner la place que prend le passé dans l'oeuvre, la façon dont il déborde dans le présent pour y introduire la question des dettes, des arriérés à régler, afin de l'accorder au présent qu'il éclaire de son expérience. L'anamnèse est une constante primordiale, un travail d'élucidation pour retrouver l'expérience originelle du monde. Interroger point par point les expériences premières, aveugles, est une nécessité qui reconduit systématiquement le travail d'écriture au fil des ouvrages dans une démarche méthodique appliquée à échapper aux conventions et aux savoirs tout faits pour renouer avec l'expérience primitive de l'être. Ainsi, la question du point de vue occupe une place déterminante dans l'étude de l'oeuvre narrative de Pierre Bergounioux. L'appréhension cognitive des événements n'est pas anticipée par le narrateur, l'empan de la perspective est limité. Le texte apparaît comme une partition à interpréter par le lecteur, l'écriture ne s'inscrit plus pour l'auteur dans une démarche herméneutique mais phénoménologique, qui fait de la littérature le lieu où le monde peut apparaître comme prestation subjective. L'étude de l'oeuvre de Pierre Bergounioux trouve un intérêt à se nourrir des analyses philosophiques, notamment celles d'Husserl et Merleau-Ponty pour la phénoménologie, mais également Descartes. Le recours à la philosophie pour l'étude de l'oeuvre de Pierre Bergounioux permettra de préciser l'apport de la phénoménologie à la narration et du cogito cartesien à la démarche même de l'écriture. L'étude des sociologues - Bourdieu, Weber, Polanyi - aura pour but de montrer à quel point les choix littéraires de Bergounioux s'opposent au repli bourgeois, contemplatif, au loisir studieux de l'écrivain, en un mot à l'artefect littéraire. L'objet de l'écriture est en lien avec la connaissance de soi, la littérature est un mode d'appréhension de l'être, un mode privilégié. Les différentes formes littéraires, les récits, les essais, les carnets, et la multiplication de ces ouvrages tendent vers ce même but ; le style d'écriture s'inscrit dans une démarche méthodique – aus sens étymologique du détour – pour faire surgir le sens d'une présence au monde, nourrie du doute, de la perplexité, du désespoir parfois. Il s'agit finalement d'interroger le sens de l'accomplissement visé par l'oeuvre. L'épreuve de la réalité apparaît comme un affrontement avec le langage qui permet de donner du sens aux choses, en les explicitant. Si les expériences premières sont inlassablement réintérrogées, c'est pour se rapprocher de la vérité grâce au langage. Au fil des textes se construit la véritable idiosyncrasie d'un auteur pour qui l'écriture est le lieu même de l'expérience, le seul qui permettrait de connaître ce réel que l'on ne tient jamais.


  • Pas de résumé disponible.