L'approche de la ville durable dans les pratiques de l'aménagement urbain : des préconisations à l'opérationnel

par Hugo Guillet

Projet de thèse en Urbanisme - Mention aménagement

Sous la direction de Gilles Novarina.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Architecture, environnement et cultures constructives (laboratoire) depuis le 02-01-2017 .


  • Résumé

    En France, les problématiques urbaines liées aux impacts environnementaux, socio‐politiques, et économiques de l'accroissement de la population sont abordées généralement par des approches techniques ciblées. Ces solutions concrètes offrent des réponses à court terme mais omettent le plus souvent les enjeux territoriaux à traiter, et les complications futures qui leur échoient. Ces approches sectorielles sont remises en causes depuis une vingtaine d'années, notamment avec l'émergence des stratégies de développement durable à l'échelle européenne, et dans l'action territoriale des collectivités françaises. La ville durable, prénotion intégrée depuis 2008 dans les politiques publiques françaises, permet de faire un pas en avant en ce qui concerne les problématiques urbaines actuelles et celles de demain. Elle offre une vision transversale des dynamiques territoriales, et une approche systémique du fait urbain pour l'adapter aux risques liés aux changements climatiques et sociétaux de notre siècle. Consécutif à l'émergence du développement durable dans nos sociétés modernes, la ville durable révèle aujourd'hui un caractère polysémique plus proche de la doxa que du concept scientifique. Malgré des objectifs stratégiques partagés au niveau européen (chartes d'Aalborg, charte de Leipzig), sa définition à tendance à évoluer en fonction de l'échelle d'action, des acteurs mis en jeu et de leurs objectifs. Si aucun consensus ne semble prévaloir sur l'objet de la ville durable, sa mise en œuvre à travers une action territorialisée locale paraît être une approche partagée. L'émergence de méthodologies et de stratégies territoriales à l'échelle locale a pour ambition de garantir une certaine transversalité, tout en répondant de manière concrète à des problématiques ciblées. Ainsi, lesdits projets urbains durables sont de plus en plus nombreux à voir le jour, et semblent se positionner comme un standard dans les pratiques de l'aménagement en France, à l'instar des Éco-quartiers. Nous sommes alors en mesure de nous questionner sur la dimension prise par de telles réalisations dans la fabrique de la ville, dont la récurrence apparaît comme un nouveau paradigme de l'aménagement urbain. Cette thèse a pour intention d'étudier la mise en application de la ville durable dans la conception et la réalisation de projets urbains, dans le contexte professionnel des praticiens en agences d'architecture, d'urbanisme, et de paysage. Cette recherche, relevant des champs disciplinaires de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire, s'inscrit dans un contexte à la fois professionnel et universitaire. À travers la collaboration CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) entre l'agence d'architecture, d'urbanisme et de paysage AKTIS (Grenoble), et l'unité de recherche Architecture Environnement & Cultures Constructives (LabEx AE&CC - ENSA Grenoble), ce travail se définit comme une recherche appliquée sur la thématique de la ville durable. Cette situation sous-entend nécessairement une posture méthodologique particulière de la part du doctorant, dans un besoin d'objectivité des recherches. Au regard de l'orientation thématique adoptée dans cette thèse, il est question d'étudier et de préciser le contexte actuel concernant la fabrique de la ville durable : le cadre normatif, incitatif, et méthodologique existant ; les thématiques transversales abordées dans la conception de projets urbains ; les systèmes d'acteurs à l'œuvre dans ce type de projets ; les pratiques quotidiennes en Agences d'Architecture, d'Urbanisme et de Paysage, etc. Ces orientations de réflexion feront l'objet d'une étude comparative autour des projets urbains « durables » de trois métropoles françaises (Grenoble, Bordeaux, Lyon), dans le but de faire ressortir de ces éléments de différenciation, des pistes d'innovations. L'enjeu central est ainsi d'observer quelles sont les potentialités de mise en œuvre opérationnelle de la ville durable dans les pratiques de la maîtrise d'œuvre urbaine. En ce sens, cette thèse interroge les prolongements à donner dans les pratiques actuelles des AAUP au regard d'un constat critique comparatif entre Grenoble, Bordeaux et Lyon. Loin d'être une énième re-conceptualisation de la ville durable, ce travail de recherche considère le cadre existant dans la maîtrise d'œuvre comme un des éléments centraux à étudier : normes, certifications, évaluations, indicateurs, démarches, procédures sont autant de termes que l'on retrouve fréquemment dans les projets urbains. Entre la réglementation, la normalisation, et l'évaluation, il s'agira d'observer les dynamiques qui régissent aujourd'hui le pré-carré opérationnel et institutionnel de la ville durable. En considérant l'hypothèse d'une approche intégrée de l'urbanisme, et de la fabrique de la ville durable, comme un savant compromis entre qualité environnementale des opérations (eau, air, pollution, déchets, consommation énergétique, biodiversité, etc.), économie de projet, approche sociale par l'usage et réponse aux besoins sociétaux actuels et futurs, cette thèse questionne les lacunes théoriques sur la fabrique de la ville durable. En partant du postulat qu'une approche trop techniciste et sectorielle de la fabrique de la ville durable est en œuvre aujourd'hui, elle sonde les prolongements et améliorations possibles dans les pratiques des AAUP en France.

  • Titre traduit

    The sustainable city approach in urban planning practices : from recommendations to operational extensions


  • Résumé

    In France, urban issues related to the environmental, socio-political and economic impacts of population growth are generally addressed through specific technical approaches. These concrete solutions offer short-term answers, but they neglected more often than not to address the territorial issues and the future complications that are related. These sector-wide approaches have been questioned for the past several years, in response to the emergence of sustainable development strategies at European level and in the territorial action of French local authorities. The sustainable city - a preconception integrated into French public policies since 2008 - provide a step forward about current and future urban issues. It offers a cross-cutting vision of territorial vitality, and a systemic perspective of the urban phenomenon to adjust it more closely with the risks related to the climate and societal changes of our century. Following the emergence of sustainable development in our modern societies, the sustainable city reveals a polysemous nature closer to the doxa than to the scientific concept. Its meaning continue to evolve according to the scales of action, to the stakeholders involved and their objectives. If no consensus seems to exist about the sustainable city preconception, its implementation through local territorialized action appear to be a shared commitment. The advent of methodologies and local territorial strategies is supposed to guarantee some cross-cutting approach, while solving focused urban issues. In that respect, sustainable urban projects are increasing and seems to be implemented as a standard in French urban planning practices, like the “ÉcoQuartier” label. Consequently, we are able to ask ourselves about the importance accorded to such urban project. Their recurrence in the city building process appears as a new paradigm of urban planning. This thesis aims to study the execution of sustainable city in the design and implementation of urban projects, within the professional framework of practitioners in architecture, urban planning and landscape offices. This research, revolved around the fields of urban and regional planning, takes place simultaneously in professional and academic background. Through the collaboration CIFRE (“Convention Industrielle de Formation par la Recherche” – industrial research agreement) between the architecture, urban planning and landscape office named AKTIS (Grenoble-FR) and the research unit named “Architecture Environment & Constructive Cultures” (LabEx AE&CC - ENSA Grenoble-FR), this work is defined as applied research on the sustainable city topic. This necessarily implies a specific methodological posture on the part of the doctoral student for the sake of objectivity in the research results. In view of the thematic focus selected in this research project, the current context relating to sustainable city execution will be studied and clarified : the existing standards, the incentive framework, the institutional and methodological framework ; the cross-cutting thematic addressed in the design of urban projects ; the systems stakeholders in this kind of projects ; the daily practices in architecture, urban planning and landscape offices, etc. These reflection guidances will be the subject of a comparative study with the Anglo-Saxon system, in order to highlight avenues for innovation. The main issue is to observe the operational implementation potential of the sustainable city in urban project management practices. In that way, this thesis query the extensions to be given in the current practices of the AAUP, in view of a comparative critical observation between France and England. Rather than being another theorising of the sustainable city, this research work considers the existing framework in project management as one of the key elements to be studied : standards, certifications, assessments, indicators, approaches, are all terms that are frequently found in urban projects. Between regulation, normalization and evaluation, the purpose is to observe which dynamics govern the operational and institutional sole preserve of the sustainable city today. This thesis asks the theoretical gaps on the sustainable city implementation, by considering the hypothesis of a comprehensive approach to urban planning and to sustainable city implementation as a wise compromise between environmental quality of operations (water, air, pollution, waste, energy consumption, biodiversity, etc.), project economy, social approach through use and response to current and future societal needs. Starting from the premise that an overly technical and sectoral approach to the sustainable city implementation is being implemented today, it probes possible extensions and improvements in the practices of the AAUP.