Le Festival au Désert : de la création à l'exode Une représentation de la transformation du système étatique contemporain

par Laetitia Chantrait

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Pierre Boilley.

Thèses en préparation à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris) , en partenariat avec Institut des mondes africains (France) (equipe de recherche) depuis le 23-10-2016 .


  • Résumé

    L’axe fondamental de ce projet de thèse porte sur l’analyse de l’histoire d’une manifestation culturelle en tant qu’élément d’incarnation de l’évolution du statut et du fonctionnement d’un Etat, face aux enjeux du monde contemporain. Depuis son accès à l’Indépendance, le 22 septembre 1960, le Mali expérimente un modèle de construction de l’Etat-nation inédit, pour lequel il doit faire face à deux problématiques fondamentales : la diversité de ses composantes culturelles et l’opposition entre deux modes de vie multiséculaires que sont le nomadisme et la sédentarité. Or, en dépit de ces divergences, les populations présentes au sein du territoire national ont, au travers des siècles, conservé une spécificité culturelle commune : le rassemblement culturel. Conscients de son extraordinaire capacité à fédérer et unifier les peuples, les différents gouvernements successifs n’ont pas manqué de mettre ce véritable médium au service de leurs ambitions. C’est au lendemain d’une profonde crise politique qu’est apparu l’un des plus grands rassemblements culturels du pays : en 2001, une décennie après la rébellion touarègue de 1990, émerge du creux des dunes le Festival au Désert. Tout comme l’Etat malien, calque de l’Etat Westphalien apposé sur un territoire partagé entre des systèmes d’organisation sédentaires et nomades, le festival est né de la symbiose entre les schémas de festivités et de rassemblements artistiques touaregs, maliens, et occidentaux. Son évolution témoigne d’un rapport significatif au territoire, aux populations qui en composent l’équipe d’organisation et le public, à la direction et à la gestion, et enfin aux interactions avec l’extérieur. A travers une situation sédentarisée en principe mais nomade dans les faits, il explore une forme de structuration évolutive, avec ses atouts et ses failles, qui tente de répondre aux urgences de notre monde. Ainsi, ce travail d’analyse du Festival au Désert permettra de percevoir, par le prisme de l’événement, l’ensemble des remises en question relatives au système étatique dans l’ère contemporaine, en s’appuyant sur l’exemple du Mali.

  • Titre traduit

    The Festival in the Desert : from birth to exile. An outlook on the contemporary state system metamorphosis


  • Résumé

    This thesis project focuses on the analysis of the history of a cultural event as embodying the evolution of a state status and organization over the past twenty-five years, facing contemporary global stakes. Since its Independence, on September 22th 1960, Mali has been experiencing an original nation-state building process, throughout specific key-issues: a multicultural society divided into two main opposite lifestyles and development schemes, being nomadism and sedentariness. However, in spite of such discrepancies, national citizens have been preserving a common cultural feature all along the centuries: the cultural gathering. Its ability to unify and harmonize diverse communities made it highly appreciated and used as a medium by the consecutive Malian governments to achieve their political strategies. Following a deep national crisis assorted to the Touareg rebellion of 1990, a cultural gathering amongst the greatest was born within the dunes, the Festival in the Desert. As for the Malian State ruling, which the political structuring was inspired by the Westphalian State model set on a territory shared between nomadic and sedentary systems, the festival combines Touareg, Malian and Western celebration traditions. Its evolution conveys significant bounds to the land, to the individuals constituting its organization staff and its public, but also regarding governance, management, and the relationships to external partners and institutions. Yet appearing as a settled event for years, the festival found its existential characteristic through a roaming concrete style, constantly exploring new shapes made of assets and flaws, striving to deal with the local and international emergencies. This research therefore aims at providing us with a global depiction, through the story of the Festival in the Desert, of the issues undermining the state system within our contemporary society, building on the example of Mali.