L'habitat rural entre Champagne et Forêt-Noire du VIIIe au IIIe s. av. J.-C.

par Marine Rodé

Projet de thèse en Archéologie

Sous la direction de Stephan Fichtl.

Thèses en préparation à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales – Perspectives européennes (Strasbourg) depuis le 27-10-2016 .


  • Résumé

    Les recherches sur le Premier âge du Fer et la culture hallstattienne sont longtemps restées centrées sur les habitats fortifiés et leurs nécropoles, sites emblématiques de l’Europe celtique des VIe et Ve s. av. J.-C. L’archéologue s’intéressa donc aux richesses et au prestige de cette société, réduisant la portée de son étude à ses élites princières, passant l’histoire du peuplement rural ou des périodes moins fastueuses sous silence. Pourtant, les nombreuses découvertes issues du développement de l’archéologie préventive ces trente dernières années tendent à livrer la vision d’un tout autre paysage : celle de territoires occupés plus ou moins densément par un réseau complexe d’habitats ruraux. Toutefois, il reste encore difficile de distinguer parmi cette masse d’informations nouvelles leurs nombreuses formes, ainsi que leurs dynamiques. Et malgré une multiplication certaine des données disponibles, le manque de toute réelle synthèse sur la question demeure. Il convient donc de s'interroger sur la caractérisation et la modélisation de l’habitat rural, ainsi que sur ses dynamiques et ses interactions au Premier âge du Fer. Cette problématique sera abordée selon le point de vue de l’archéologie du territoire, soit par un recueil exhaustif des données sur une importante zone d’étude – tant spatiale que temporelle – afin de procéder à une étude aux multiples focales et aux regards croisés. L’exemple pris en considération sera celui d’un territoire s’étendant de la Champagne à la Forêt-Noire du VIIIe au premier quart du IIIe s. av. J.-C., dont l’importance des données est attestée et les chronologies affinées par des travaux typologiques récents. Afin d’appréhender cette donnée, les outils d’analyses statistiques et spatiales seront privilégiés. Ils permettront notamment de caractériser les formes et les fonctions des habitats ruraux, mais aussi leurs modalités d’implantations et leurs interactions. À partir de cela, il sera ainsi possible de tenter de retracer l’histoire des campagnes et du peuplement d’une partie du territoire hallstattien, comblant ainsi le manque de données sur cette société et son fonctionnement.


  • Pas de résumé disponible.