RESERVOIR ANIMAL DES VIRUS EBOLA EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

par Placide Mbala

Projet de thèse en Biologie Santé

Sous la direction de Martine Peeters et de Steve Ahuka.

Thèses en préparation à Montpellier en cotutelle avec l'Institut National de Recherche Biomédicale , dans le cadre de Sciences Chimiques et Biologiques pour la Santé (Montpellier ; Ecole Doctorale ; 2015-....) , en partenariat avec Recherches translationnelles sur le VIH et les maladies infectieuses (laboratoire) et de Diversité génétique du VIH - émergence des retrovirus et autres pathogènes (equipe de recherche) depuis le 01-12-2016 .


  • Résumé

    Le virus Ebola a été décrit pour la première fois en 1976 en RDC qui, depuis lors, a connu 7 des 25 épidémies d'Ebola documentées en Afrique Centrale et de l'Ouest. Parmi les cinq virus Ebola connus actuellement seul Reston en Asie du Sud-est ne serait pas pathogène pour l'Homme, les autres - Zaïre, Bundinguyo, Reston, Soudan, Tai forest - sont associés à des différents degrés de lethalité (25% à >80%). La maladie à virus Ebola est une zoonose complexe et chaque flambée est le résultat d'événements zoonotiques indépendants. Le virus et/ou des anticorps ont aussi été mis en evidence chez plusieurs animaux (chimpanzés, gorilles, antilopes, chauves souris..). La transmission à l'homme se ferait par contact direct (viande de brousse, chasse) ou indirecte (urine, salive, faeces de chauves souris). Cependant, il existe encore des incertitudes sur les espèces animales potentiellement réservoirs, les modes de transmission entre différentes espèces animales ainsi qu'entre les animaux et les humains. Les épidémies humaines qui en résultent peuvent s'expliquer par une combinaison de plusieurs facteurs, comme faiblesse des systèmes de santé, croyances traditionnelles, pratiques funéraires. L'objectif général de ce projet est d'étudier le virus Ebola à l'interface Homme-Faune sauvage en RDC afin d'évaluer le risque de transmissions à l'homme, d'identifier le réservoir animal du virus Ebola (EBV) et comprendre ou le virus circule entre les épidémies.

  • Titre traduit

    ANIMAL RESERVOIR OF EBOLA VIRUSES IN DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO


  • Résumé

    The Ebola virus was described for the first time in 1976 in the DRC, which since then has experienced 7 of 25 Epidemics documented in Central and West Africa. Of the five known Ebola viruses currently only Reston in Southeast Asia would not be pathogenic to humans, others - Zaire, Bundibugyo, Reston, Sudan, Tai forest - are associated with different degrees of lethality (25% to> 80%). Ebola virus disease is a complex zoonosis and every outbreak is the result of independent zoonotic events. The virus and / or antibodies have also been demonstrated in several animals (chimpanzees, gorillas, antelopes, bats, etc.). Transmission to humans could occur by direct (bush meat, hunting) or indirect contact (urine, saliva, feces of Bats). However, there are still uncertainties about animal species potentially reservoirs, the modes of transmission between different animal species and between animals and humans. The resulting human epidemics can be explained by a combination of several factors, such as weakness in health systems, traditional beliefs, and funeral practices. The overall objective of this project is to study the Ebola virus in the human-wildlife interface in the DRC to assess the risk of transmission to humans, to identify the animal reservoir of the Ebola virus (EBV) and to understand where the virus circulates between epidemics.