La Conférence des présidents d'université (1969-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités

par Etienne Bordes

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Jacques Cantier et de Emmanuelle Picard.

Thèses en préparation à Toulouse 2 , dans le cadre de Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (TESC) , en partenariat avec FRAMESPA - France, Amériques, Espagne - Sociétés, pouvoirs, acteurs (UMR 5136) (equipe de recherche) et de LARHRA - Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR 5190) (equipe de recherche) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    Fille du mouvement réformateur symbolisé par la loi Faure de 1968, la Conférence des présidents d'université est un observatoire de l'évolution des équilibres de pouvoir dans l'enseignement supérieur français depuis la fin des années 1960. Dans le mouvement de luttes pour la légitimation de sa représentativité, l'étude de la CPU permet également de suivre, par la délégation qu'elle incarne, l'évolution de la fonction de président d'université (et même plus globalement celle du métier d'universitaire) ainsi que celle du rapport entre le champ universitaire et le champ du pouvoir en général.

  • Titre traduit

    The Conference of University Presidents (1969-2007) : a social history of university governance.


  • Résumé

    The Conference or University Presidents (CPU) is the child of the reform movement best symbolized by Faure's 1968 Orientation Act for Higher Education. As such, it is a great vantage point from which to study how the balance of power in French higher education has evolved since the end of the 1960s. As part of a larger movement aiming to prove that the CPU is legitimately representative, and because of the delegation it embodies, studying this organization makes it possible to track the evolution of the role of the university president (and more broadly that of the academic), while also enabling a study of the links between the field of academia and the larger field of power.