Formation professionnelle en prison et transposition institutionnelle : une étude de l'environnement anthropologique et didactique.

par Corinne Manceau

Projet de thèse en Sciences de l'education

Sous la direction de Caroline Ladage.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Cognition, langage, éducation (356) , en partenariat avec Apprentissages, Didactiques, Evaluation, Formation (equipe de recherche) depuis le 09-01-2017 .


  • Résumé

    La loi 2014-896 du 15 août 2014 visant à renforcer l’efficacité des sanctions pénales charge l’administration pénitentiaire de la lutte contre la récidive. La formation professionnelle semble être un des moyens d’atteindre cet objectif. Pour autant, d’une part des paradoxes demeurent entre la formation professionnelle telle que prévue et lorsqu’elle se joue en prison, d’autre part des phénomènes – tels la montée de la radicalisation – surgissent en milieu carcéral, témoins d’une efficacité relative de ce qui est proposé aux personnes détenues dans le cadre d’une des missions pénitentiaires : « favoriser son amendement, son insertion ou sa réinsertion ». L’objet de la thèse est de comprendre à plusieurs niveaux ce que devient la formation professionnelle lorsqu’elle est destinée à un public incarcéré et vise en effet une meilleure idée des formations proposées et accessibles en prison. Notre recherche exploratoire à visée compréhensive devrait permettre d’identifier les conditions de réalisation de la formation professionnelle en milieu carcéral en les mettant en tension avec « l’extérieur » dans l’objectif de déterminer des pistes d’amélioration raisonnablement envisageables. Il ne s’agit pas pour autant de comparer la formation professionnelle « dehors » et « entre les murs », mais d’engager une réflexion anthropologique et didactique sur une rencontre institutionnelle

  • Titre traduit

    Professional training in prison and institutional transposition : a study of the anthropological and educational environment


  • Résumé

    The law 2014-896 of 15th August 2014 wich aims increase the effectiveness of penal sanctions charges the prison administration with the fight against reoffending. Vocational training seems to be one way of achieving this goal. However, on the one hand, paradoxes remain between professional training as planned and in prison, and on the other hand phenomena - such as the rise of radicalization - arise in prisons, witnessing an insufficient efficiency to what is proposed to persons detained in connection with one of the prison missions: "to promote its amendment, insertion or reintegration". The purpose of the thesis is to understand at several levels what is happening to vocational training when it is intended for an imprisoned public and aims at a better idea of what is proposed and accessible in prison. Our exploratory research with comprehensive focus should make it possible to identify the conditions for the realization of vocational training in prisons, making a distinction with the "outside", to reasonably consider new ways of improvement. The question is not only to compare the vocational training "outside" and "between the walls", but to engage an anthropological and didactic reflection on an institutional meeting