Logiques du signe et du signifiant à l'épreuve de l'autisme. Une lecture psychanalytique du témoignage de Daniel Tammet

par Lucie Fayolle

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Michele Benhaim.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Cognition, langage, éducation (356) .


  • Résumé

    Cette recherche se propose de tenter de caractériser la nature ce qu'on pourrait appeler un signe autistique, à partir de la lecture du témoignage de Daniel Tammet, autiste écrivain, passionné de langues étrangères, qui pense et ressent dans une langue singulière faite de nombres synesthésiques. Pour ceci, nous suivrons les élaborations de J. Lacan autour du signifiant et du signe, en passant par l'origine linguistique et philosophique de ces concepts chez F. d. Saussure, C. S. Peirce et L. Hjelmslev. A la suite d'auteurs lacaniens comme J.-C. Maleval, nous supposerons une absence de structuration signifiante du sujet autiste, et le développement d'un Autre de suppléance constitué de signes. Dans ce cadre, notre hypothèse consistera à soutenir l'existence d'une écriture singulière de ces signes, sur le modèle de la correspondance bijective qui s'établit entre deux plans isomorphes. C'est cette structure formelle conceptualisée par Hjelmslev, proche du phénomène de "cartographie véridique" décrit par les cognitivistes dans l’autisme, et radicalement distincte de la structuration signifiante, qui nous permettra d'appréhender la synesthésie et le nombre de Tammet comme "effets d'image".

  • Titre traduit

    Sign's and signifier's logics challenged by autism : a psychoanalytic reading of Daniel Tammet’s autobiography


  • Résumé

    This research proposes to characterize the nature of what could be called an autistic sign, based on the reading of the autobiography of Daniel Tammet, autist, writer, passionate about foreign languages, who thinks and feels in an idiosynchrasic language made of synesthetic numbers. To achieve this, we will follow J. Lacan’s elaborations around the signifier and the sign through the linguistic and philosophical origin of these concepts in F. d. Saussure, C. S. Peirce and L. Hjelmslev's work. Following Lacanian authors such as J.-C. Maleval, we will assume the absence of a structure of the signifier for the autistic subject, and the development of a "substitute Other" consisting of signs. In this context we will make the hypothesis of the existence of a singular writing of these signs, on the model of the bijective correspondence which is established between two isomorphic planes. It is this formal structure conceptualized by Hjelmslev, close to the phenomenon of "veridical mapping" described by cognitivists in autism, and strictly distinct from the signifier's structure, that will allow us to apprehend Tammet's synesthesia and number as "image effects".