Comment l'urbanisme et l'aménagement urbain améliorent-ils la structure de la ville et comment influencent-ils les conditions de vie des populations ?

par Aida Roxana Horqque Quispe

Projet de thèse en Aménagement

Sous la direction de Sophie Masson et de Wiley Ludeña Urquizo.

Thèses en préparation à Perpignan en cotutelle avec l'Universidad nacional de Ingeniería (Lima, Pérou) , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 05-01-2017 .


  • Résumé

    L’urbanisme est une compétence centrale pour la collectivité publique, qui met en jeu un nombre important de ses prérogatives touchant à l’aménagement, au cadre de vie, au dynamisme économique et à la qualité de vie des habitants. L’urbanisme aborde ces nombreux sujets dans l’intérêt général de tous ceux qui habitent le territoire, y développent une activité professionnelle ou accèdent à des équipements, des services ou des commerces. Depuis la révolution industrielle, la structure de la ville a évolué et a apporté des modifications profondes dans l’urbanisme et l’aménagement urbain. Cette nouvelle dynamique qui s’est accentuée jusqu’à nos jours a grandement influencé les conditions de vie de la population. Avec la période des grandes opérations d’urbanisme de 1955 à 1975 qui avaient progressivement apporté une nouvelle représentation de l’espace fortement influencé par les théories de l’urbanisme et de l’aménagement modernes, notamment en terme de logements, nous assistons à une nouvelle évolution dans l’urbanisme et l’aménagement urbain, renforcéepar les Accords de Kyoto, le Grenelle de l’environnement et l’Agenda 21. La ville industrielle a été celle de la production du logement patronal et de la tentative de maîtriser la croissance urbaine. L’urbanisme fordiste qui l’a caractérisé est dans beaucoup de pays développés à l’origine des plans de zoning et de l’urbanisme planifié. La ville post-industrielle ou post-moderne serait-elle celle du chaos, désorganisée par le marché et laissant peu de place à la volonté politique et à l’intervention des habitants comme s’interroge Rem Koolhaas ? Comme le souligne Lévi-Strauss avec la pensée structuraliste, la ville s’inscrit entre l’élément naturel et artificiel façonné par l’homme pour répondre à une vision permettant de favoriser la vie commune dans un espace délimité. L’évolution de la structure de la ville a eu des impacts directs sur les conditions de vie qui ont entraîné des attitudes et des comportements bien spécifiques de la part des habitants des villes. Jusque dans les années 80, la morphologie de chaque ville était unique et avait une originalité propre avec un aménagement et une architecture spécifique à son histoire et à sa culture. Son aménagement urbain et sa configuration de l’espace influençaient directement sur la façon dont vivaient ses habitants et il pouvait y avoir de grandes disparités selon les villes. Désormais, la mondialisation a apporté une façon de penser plus globale qui influe également sur les conceptions d’aménagement et d’architecture de la ville qui tentent de réintégrer dans le tissu urbain des quartiers ou des zones qui avaient été isolés ou délaissés. Comme le souligne Rem Koolhaas, l’aménagement urbain pose une série d’enjeux sociaux et politiques sur l’évolution des villes contemporaines et sur la possibilité d’intervenir sur leur développement. Ces dernières années, la relation entre les villes et les campagnes ou le monde rural a évolué pour être moins deux mondes qui s’opposent mais au contraire deux dynamiques complémentaires et nécessaires à l’évolution de la ville du 21e siècle. Le développement et l’urbanisation des zones périurbaines nécessite de nouvelles réponses aux enjeux actuels en terme d’aménagement urbain et d’urbanisme pour intégrer pleinement les zones périurbaines dans le tissu urbain avec des orientations stratégiques qui peuvent être différentes selon la situation géographique. Tous ces choix essentiels ont un impact majeur sur les conditions de vie des habitants. L’aménagement urbain et l’architecture peuvent ainsi permettre de réunir le monde urbain et rural qui furent pendant des décennies en opposition. Depuis plusieurs décennies, nous assistons également au développement de l’architecture commerciale avec notamment la création de ZAE, de ZI et de centres commerciaux qui posent les défis d’intégration, de préservation de zones rurales ou pavillonnaires et les enjeux économiques de la ville du futur. La qualité de vie des habitants est également un enjeu majeur qui nécessite d’être pris en considération. Le concept de qualité de vie renvoie à différents aspects de la vie urbaine, comme les conditions matérielles d’existence, les disparités socio-économiques, l’accès à des services et équipements, l’organisation des activités et des transports, la participation aux instances communautaires ou politiques, les relations de voisinage et également par des aspects plus objectifs, à des valeurs et conditions qui permettent d’atteindre au maximum les aspirations de chacun.


  • Pas de résumé disponible.