« Quels mécanismes nouveaux face aux nouvelles formes de menace à la paix et à la sécurité en Afrique » ?

par Abdou Fleur

Projet de thèse en Sciences juridiques

Sous la direction de Michèle Guillaume-Hofnung.

Thèses en préparation à Paris Saclay en cotutelle avec l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec Collège d'Etudes Interdisciplinaires (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 05-12-2016 .


  • Résumé

    Résumé projet de thèse: SUJET : « Quels mécanismes nouveaux face aux nouvelles formes de menace à la paix et à la sécurité en Afrique » ? Thèse préparée par Monsieur Abdou FLEUR, titulaire d'un Master II Droit Public International et Européen, d'un Master II Diplomatie et Négociations Stratégiques à l'université Paris Sud, faculté Jean MONNET. Sous la direction de Madame Michèle Guillaume-Hofnung, Professeure des facultés de droit, directrice du Master Diplomatie et négociations stratégiques de Paris-Sud et directrice de l'Institut de Médiation Guillaume Hofnung (IMGH). Co-directeur Monsieur Jean-Michel COMMUNIER, Maître de conférences en droit public à l'université de Paris XI. Cotutelle, Monsieur Mactar KAMARA, Chef du département droit public à l'Université Cheikh Anta DIOP de Dakar. I – Contexte et justification du projet : Faire une thèse est le prolongement et l'approfondissement de ma formation de droit public international et européen et de diplomatie et négociations stratégiques à l'université Paris Sud. Le sujet, « Quels mécanismes nouveaux face aux nouvelles formes de menace à la paix et à la sécurité en Afrique » ? Est à la fois un sujet d'actualité et d'avenir, d'où son importance. Un monde sans guerre, un monde de paix serait l'idéal absolu. Mais force est de constater que le monde en général, l'Afrique en particulier est de plus en plus minée par la prolifération des conflits internes, la militarisation de la vie politique, les crises identitaires, le terrorisme. Dès lors, l'idéal de sécurité collective recommande de « faire la guerre à la guerre ». Autrement dit, prévenir les conflits et inventer de nouvelles méthodes, de nouvelles stratégies pour faire face à ce qu'est devenu un « patrimoine commun de l'humanité ». Pour faire face à ce fléau, plusieurs mécanismes ont été mis en place, notamment au niveau de l'Union Africaine et des communautés régionales. Cependant, la mise en œuvre de ces mécanismes de prévention et de résolution des conflits a souvent manqué d'approche stratégique ou de manque de volonté politique. Toutefois, la militarisation du traitement des crises n'est pas à elle seule la solution. Il faut en plus de cette approche classique, d'autres méthodes. C'est le cas par exemple de la palabre qui constituait le système traditionnel de règlement des conflits en Afrique. Par ailleurs, placée au cœur de l'interculturel, la médiation peut devenir un outil très efficace pour la prévention des conflits, surtout si l'on sait que la plupart des conflits ont des origines culturelles. L'idéal serait ainsi de faire de la médiation une pédagogie du vivre-ensemble, une voie de la paix. En sommes, cette thèse nous mène à réfléchir sur la gestion des conflits et leur évolution mais surtout sur l'émergence de nouveaux paradigmes comme réponses aux nouvelles formes de menace à la paix et à la sécurité. II- La problématique : Nous tenterons de répondre à cette question centrale : comment l'Afrique devra inventer son propre model face aux défis sécuritaires de plus en plus urgent ; un modelé plus adapté et plus efficace à son environnement, dans une zone de conflictualité en spirale ? III- L'intérêt du sujet : Le débat autour de cette question n'est donc pas épuisé puisqu'en plus des conflits traditionnels, un nouveau phénomène est apparu : le terrorisme international. Dès lors, il est urgent de résister à un tel esprit de guerre. Il sera donc question ici, de faire la synthèse entre les différentes approches quant à l'architecture de paix et de sécurité et dégager des perspectives nouvelles face aux nombreux défis sécuritaires auxquels le continent africain est confrontés. IV- La méthode et les éventuels résultats : Pour répondre aux interrogations que suscite cette thèse, nous procéderons, dans un premier temps, à l'exploitation de la doctrine et des différents mécanismes et institutions de prévention, de gestion des conflits et de maintien de la paix. Ensuite, nous allons procéder à une confrontation des systèmes traditionnels et contemporains, pour établir le bien fondé de notre étude. Bien que les systèmes traditionnels de prévention et de gestion des conflits présentent des limites face aux défis actuels, ils présentent néanmoins des sources d'inspiration pour la gestion des conflits modernes. Cette démarche nous permettra de faire une analyse très détaillée des différents mécanismes existants, afin dégager de nouvelles solutions. Pour réaliser ce travail, il nous faudra en plus d'une documentation assez générale, assister à des colloques, des forums, des conférences organisées un peu partout dans les universités et institutions françaises. Par ailleurs, un travail complet et sérieux nécessitera également des déplacements à l'étranger, notamment au Sénégal où se trouve le cotuteur de ma thèse. V- Les moyens financiers : Dans le cadre de mes recherches, je compterai sur deux types de financement :  Travail à temps partiel  Bourse de cotutelle du gouvernement du Sénégal.

  • Titre traduit

    "What new mechanisms in the face of the new forms of threat to peace and security in Africa"?


  • Résumé

    Summary thesis project: TOPIC: "what new mechanisms in the face of the new forms of threat to peace and security in Africa"? Thesis prepared by Mr Abdou FLEUR, a Master II Public International law and European, a Master II diplomacy and negotiations strategic at the University Paris Sud, Faculty Jean MONNET. Under the direction of Madam Michèle Guillaume-Hofnung, Professor of the faculties of law, Director of the Master of diplomacy and negotiations of Paris-South and Director of the Institute of Mediation Guillaume-Hofnung (IMGH). Co-Director Mr Jean-Michel COMMUNIER, lecturer in public law at the University of Paris XI. Joint supervision, Mr. Mactar KAMARA, head of the public law Department at the University Cheikh Anta DIOP of Dakar.