Role du microbiote intestinal et avec anticorps anti-PD1 induit immunesurveillance du cancer du rein

par Lisa Derosa

Projet de thèse en Recherche clinique, innovation technologique, santé publique

Sous la direction de Laurence Zitvogel et de Bernard Escudier.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Cancérologie : biologie - médecine - santé , en partenariat avec Immunologie des tumeurs et immunothérapie (laboratoire) , Immunologie des tumeurs et immunothérapie (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-11-2016 .


  • Résumé

    Les cancers du rein avancés, résistantes aux inhibiteurs de tyrosine kinase, se prêtent bien aux inhibiteurs des checkpoints immunitaires. Définir des prédicteurs de la réponse et améliorer les taux des réponses représentent des besoins médicaux non satisfaits. Pour démontrer si certaines bactéries intestinales sont capables d'améliorer la réponse thérapeutique aux inhibiteurs des checkpoints immunitaires, nous proposons d'établir une relation de cause à effet entre les profils métagénomiques des patients et les effets antitumoraux soit chez des souris sans germe, soit après traitement antibiotique à large spectre.

  • Titre traduit

    Impact of gut microbiota in natural and anti-PD1 Ab therapy induced Immuno-surveillance of kidney cancers


  • Résumé

    Metastatic renal cell carcinomas (RCC), resistant to tyrosine kinase inhibitors, are amenable to immune checkpoint blockade (ICB). Defining predictors of response and ameliorating response rates represent unmet medical needs. To address whether distinct microbial patterns could account for the resistance to ICB in RCC, we propose: to establish a cause-effect relationship between the distinct patients' metagenomics profiles and antitumor effects using germ free or antibiotics treated mice.