Art et diplomatie française de la fin du XVIIè au début du XVIIIè siècle

par Laurent Nicol

Projet de thèse en Arts (histoire, theorie et pratique des arts)

Sous la direction de Pascal-François Bertrand.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Equipe d'accueil et de recherche en Histoire de l'Art (equipe de recherche) depuis le 08-11-2016 .


  • Résumé

    Cette thèse portera sur l’étude des arts en tant qu’auxiliaires de la diplomatie française pendant les trente dernières années du règne de Louis XIV (1684-1715). Bien entendu, pour en distinguer les spécificités, seront réalisées des comparaisons avec la période précédente du règne du Roi-Soleil, avec celle de la Régence qui la suivit ou avec des exemples étrangers ponctuels particulièrement éclairants. Les oeuvres d’art ainsi évoqués relèveront de la peinture, de la sculpture, de l’estampe, des médailles mais aussi de toutes sortes d’arts décoratifs, notamment à travers les présents entre cours, à des diplomates ou les tractations pour l’acquisition d’antiques. À l’exception des réceptions d’Ambassades extraordinaires comme celles de Siam (1684 et surtout 1686), de Perse (1715), l’étude sera limitée à l’Europe et au pourtour méditerranéen, zones principales d’action et d’influence de la diplomatie française pendant la période évoquée. Or si l’étude des oeuvres d’art, objets de tractations ou supports d’actions diplomatiques pour la seconde partie du règne de Louis XIV n’avaient pas fait jusqu’à présent l’objet d’un travail universitaire dans une approche globalisante, nombreuses étaient, bien sûr, les études particulières sur des oeuvres célèbres comme le Louis XIV de Rigaud ou, pour les antiques, le don du centaure Albani à Louis XIV voire les Cincinnatus et Germanicus de la collection Savelli, acquis de haute lutte en 1686, pour la collection royale. D’autres, moins célèbres et moins bien documentées s’avèreront pourtant tout aussi intéressantes. Pour toutes, il sera particulièrement instructif de déterminer qui les donne ou comment elles ont été acquises, à ou pour qui et à quels moments, elles sont offertes ou obtenues, et ce qu’elles représentent pour les parties gratifiantes ou récipiendaires, d’autant que l’importance du cadeau s’avèrera être proportionnelle à l’enjeu politique sous-jacent. Elles renseigneront ainsi à la fois sur les us et coutumes d’une époque aux particularités propres et sur la politique extérieure française à travers l’image d’un règne que le roi chercha à imposer aux cours étrangères.

  • Titre traduit

    Art and French diplomacy from the late seventeenth century to the early eighteenth century


  • Résumé

    This dissertation deals with the arts as auxiliaries of French diplomacy during the last thirty years of the reign of Louis XIV (1684-1715). Of course, to distinguish its specificities comparisons will be conducted with the previous period of the reign of the Sun King, with the Regency that followed it or with foreign enlightening examples. Mentioned pieces of art will be paintings, sculptures, printmaking, medals but also all kinds of decorative arts, particularly through gifts between courts, diplomats or the negotiations to acquire antiques. Except for extraordinary receptions of Embassies such as 1686 Siam’s or 1715 Persia’s ones, the study will be limited to Europe and the Mediterranean Basin, which are the main areas of action and influence of French diplomacy during this period. But if, until now, no academic report on pieces of art, as items or as supports of diplomatic actions for the second part of the reign of Louis XIV have been done in a holistic approach, there are, of course, many specific studies on famous pieces of art like the portrait of Louis XIV of France by Rigaud or, for ancient Roman statues, the gift of centaur Albani to Louis XIV or the hard won Cincinnatus and Germanicus from the Savelli collection in 1686 for the Royal collection. Less famous and less well-documented ones will prove to be equally interesting. For all, it will be particularly instructive to determine who gave or how they were acquired, or to whom and at what time they were offered or obtained, and what they stood for, for the giving and the receiving parties, all the more so because the importance of the gifts turns out to be proportional to underlying political issues. They thus will provide information both on habits and customs of ending 17th French century and on the peculiarities of French foreign policy through the image of one reign as Louis XIV sought to impose on foreign courts.