La communication des sciences humaines et sociales (SHS) en France : appropriations, adaptations et innovations.

par Cheikh Ndiaye

Projet de thèse en Sciences de l'information, de la communication et de la documentation

Sous la direction de Alain Chante.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Territoires, Temps, Sociétés et Développement , en partenariat avec LERASS - Laboratoire d'Etudes et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (laboratoire) et de Centre d'étude et de recherche en information et communication (equipe de recherche) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    La science est née du besoin de l'homme de maîtriser son environnement et apporte des solutions à ses préoccupations : santé, économie, etc. Aussi, les pays - notamment industrialisés - investissent des sommes importantes pour son développement, mettent en place des stratégies incitant à systématiser et à intensifier son apport à leur développement socio-économique. Valoriser la recherche scientifique est ainsi devenue une obligation impulsée par les politiques publiques, tant à l'échelle européenne que nationale. Un des enjeux consiste à rendre matériellement et intellectuellement accessibles les connaissances, ce qui implique de communiquer. Or, en postulant un « règne des fins », Bourdieu et Bart envisagent toute communication de la science comme une stratégie de valorisation construite, donc influencée par un contexte. Cette contrainte s'exerce différemment sur les différentes sciences. En effet, celles dites exactes tirent profit de l'orientation des stratégies publiques qui favorisent le transfert de technologies vers le monde industriel tandis que les sciences humaines et sociales appellent à une prise en compte de leurs spécificités. Elles s'opposent aux sciences exactes par leurs objets, leurs méthodes, leurs résultats ainsi que leurs modalités de diffusion. L'idée est donc d'étudier l'effet de cette montée en puissance de la valorisation sur les stratégies de communication des sciences humaines et sociales en milieu universitaire français, au niveau individuel et institutionnel. Il conviendra donc de rappeler les spécificités de la valorisation en SHS avant de tenter de satisfaire aux objectifs spécifiques de recherche. Le premier consiste à procéder à un inventaire de pratiques, en accordant une attention particulière aux facteurs déterminant les choix de chercheur ainsi qu'à l'émergence de nouvelles pratiques ainsi qu'à leurs relations avec celles existantes : cohabitation, substitution, etc. Le deuxième s'intéresse aux stratégies des institutions en matière de communication de la science, notamment celles relatives aux mises en visibilité pratiquées par les chercheurs, aux dispositifs et outils liés au libre accès, aux stratégies d'adaptation aux palmarès académiques, , ...; Enfin, il s'agira d'étudier la valeur ajoutée, en particulier lorsqu'elle est en lien avec les politiques de site, les mises en réseau ou autres regroupements institutionnels dans une quête d'excellence, d'attractivité ou de compétitivité.

  • Titre traduit

    Communication of humanities and social sciences in french universities : appropriations, adaptations and innovations.


  • Résumé

    Science is born from the human need to control his environment and provides solutions to his concerns of health, economics, etc. Also, countries - particularly developed - invest large amounts for their development, implement strategies that encourage people to strengthen its contribution to socio-economic development. the promotion of scientific research has become a requirement driven by public policies both at European and national level. One of the challenges, to make materially and intellectually accessible knowledge, involves communicating. However, assuming a "kingdom of goals" Bourdieu and Bart considering any communication of science as a built strategy, influenced by context. This stress acts differently on scientific fields. In fact, those so-called exact benefit of the way that public strategies encourage technology transfer to the industrial world while the social sciences call for recognition of their specificities. They are opposed to the exact sciences by their objects, their methods, their results and their dissemination procedures. The idea is to study the effect of the rise of the valorisation on the communication strategies of social sciences in French universities, institutional and individual level. So it should recall the specifics of the valuation in the HSS before attempting to meet specific research objectives. The first is to conduct an inventory of practices, paying particular attention to the factors determining the choice of investigator and the emergence of new practices and their relationships with existing ones: cohabitation, substitution, etc. The second focuses on strategies in communication institutions of science, notably those relating to visibility updates performed by the researchers, the devices and tools related to free accessn the adaptative strategies to academic rankings, .. . Finally, it will explore the added value, especially when linked with site policies, networked or other institutional groupings in a quest for excellence, attractiveness or competitiveness.