Postures créatives dans l'apprentissage des langues : un dialogue transdisciplinaire entre artistes, enseignants et apprenants.

par Ana Castelo Garrido (Castelo)

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Joëlle Aden et de Stéphane Soulaine.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de CS - Cultures et Sociétés , en partenariat avec IMAGER - Institut des mondes anglophones, germanique et roman (laboratoire) depuis le 15-01-2017 .


  • Résumé

    Le langage ne se limite pas à des langues définies par un système des signes, une phonologie, une morphologie, un lexique ou une grammaire. Lorsque nous parlons, c’est tout notre corps qui s’exprime à travers de nos gestes, nos regards, nos rythmes et une certaine posture. Cette corporalité nous permet d’affirmer que « nous sommes constitués de langage dans un devenir continu que nous faisons émerger avec d’autres » (H. Maturana, F. Varela, 1994). Cette prise de conscience, dont témoigne la pédagogie énactive (Aden, 2008 ; Trocmé-Fabre, 1995), a fait que notre regard se tourne de plus en plus vers les stratégies corporelles de l’art contemporain, notamment de la chorégraphie. Celle-ci déploie des « actions mobilisatrices » (P. Gosselin & S. Fortin et al. 2012) qui soulignent l’importance des gestes d’accompagnement dans les processus de création. Le chorégraphe, à travers les différentes tâches qu’il propose dans un laboratoire d’expérimentation chorégraphique (apprentissage collaboratif, improvisations, écriture autoréflexive ou expérimentation corporelle, entre autres), tisse une chorégraphie au sein même d’une séance d’apprentissage. Mais peuvent ces gestes être transposés à l’enseignement/apprentissage des langues ? Quelle place est proposée aux corps en mouvement dans l’espace de la salle de cours ? Comment jouer avec la temporalité rythmique des tâches proposées afin de construire une scène chorégraphique d’apprentissage ? Notre hypothèse est que la transposition des gestes d’accompagnement proposés dans un laboratoire d’expérimentation chorégraphique à l’enseignement/apprentissage des langues favoriserait l’émergence langagière, l’attention et la collaboration chez les apprenants. Cette transposition didactique permettrait également de vivre l’acte d’apprendre comme une expérience esthétique (J. Aden, N. Borgé, S. Eschenauer, M. Potapushkina et S. Soulaine).

  • Titre traduit

    *


  • Résumé

    *