Point de contrôle immunitaire dans la carcinose péritonéale - Implication de la protéine de mort cellulaire programmée (PD-1) et de l'antigène leucocytaire humain (HLA-G)

par Matti Ullah

Projet de thèse en Recherche clinique, innovation technologique, santé publique

Sous la direction de Massoud Mirshahi.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Cancérologie : biologie - médecine - santé , en partenariat avec Carcinose Angiogenèse et Recherche Translationnelle (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-11-2016 .


  • Résumé

    Parmi le contrôle immunitaire, la protéine de mort cellulaire programmée 1 (PD-1) et l'antigène leucocytaire humain G (HLA-G) jouent un rôle crucial dans la régulation vers le bas du système immunitaire en empêchant l'activation des lymphocytes T, ce qui réduit l'auto-immunité Et favorise l'auto-tolérance. PD-1 (CD-279) est un récepteur de la surface cellulaire qui appartient à la superfamille des immunoglobulines et est exprimé sur les lymphocytes T et pro-B cellules . Le PD-L1, le ligand de PD1, est hautement exprimé dans plusieurs cancers et, par conséquent, le rôle de PD1 dans l'évasion immunitaire du cancer est bien établi . De nombreuses cellules tumorales expriment PD-L1, un ligand PD-1 immunosuppresseur; L'inhibition de l'interaction entre PD-1 et PD-L1 peut améliorer les réponses des lymphocytes T in vitro et médier l'activité antitumorale préclinique . HLA-G a été initialement décrit par Ellis et al, en 1990 comme une molécule exprimée spécifiquement par le tissu trophoblastique dans l'interface maternelle-foetale. HLA-G est un ligand pour les récepteurs inhibiteurs. Trois récepteurs inhibiteurs capables d'interagir avec HLA-G ont été identifiés sur les cellules immunitaires: KIR2DL4, ILT-2 (CD 85J), ILT-4 (CD85d) . HLA-G inhibe la cytotoxicité NK et ceci a été démontré par une lignée cellulaire de mélanome obtenue à partir d'une lésion primaire du patient . Les cellules tumorales expriment des antigènes spécifiques reconnus par les lymphocytes T des cellules immunitaires, mais malgré l'infiltration de tumeurs par ces LT spécifiques, le rejet spontané de tumeur est rare. Le projet de ma thèse sera intéressé à explorer l'implication de ces deux protéines comme un point de contrôle immunisé dans la digestion humaine et la carcinomatose ovarienne.

  • Titre traduit

    Immune checkpoint in peritoneal carcinomatosis - Implication of Programmed cell death protein (PD-1) and Human leukocyte antigen (HLA-G)


  • Résumé

    Among the immune checkpoint, Programmed cell death protein 1 (PD-1) and human leukocyte antigen-G (HLA-G) have the crucial role in the down regulation of immune system by preventing the activation of T-cell which in turn reduced autoimmunity and promotes self-tolerance. PD-1 (CD-279) is a cell surface receptor that belongs to the immunoglobulin superfamily and is expressed on T cells and pro-B cells . PD-L1, the ligand for PD1, is highly expressed in several cancers and hence the role of PD1 in cancer immune evasion is well established . Many tumor cells express PD-L1, an immunosuppressive PD-1 ligand; inhibition of the interaction between PD-1 and PD-L1 can enhance T-cell responses in vitro and mediate preclinical antitumor activity . HLA-G was originally described by Ellis et al, in 1990 as a molecule specifically expressed by trophoblastic tissue in the maternal-fetal interface. HLA-G is a ligand for inhibitory receptors. Three inhibitory receptors capable of interacting with HLA-G have been identified on the immune cells: KIR2DL4, ILT-2 (CD 85J), ILT-4 (CD85d). HLA-G inhibits NK cytotoxicity and this was demonstrated by a melanoma cell line obtained from a primary lesion of patient . Tumor cells express specific antigens recognized by immune cells T lymphocyte, but despite the infiltration of tumors by these specific LT, the spontaneous tumor rejection is rare. The project of my thesis will be concerned to explore the implication of these two proteins as an immune checkpoint in human digestive and ovarian carcinomatosis.