Situations de chômage, investissement d'activités hors emploi et santé : vers une clinique psychosociale du chômage

par Amandine Cimier

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Pascale Molinier.

Thèses en préparation à Paris 13 , dans le cadre de Homme, Sociétés, Risques, Territoire , en partenariat avec Centre de recherche sur les fonctionnements et les dysfonctionnements psychologiques (equipe de recherche) depuis le 24-10-2016 .


  • Résumé

    La question de la santé des personnes en emploi et hors emploi est devenue importante dans les pays de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE). Les personnes en situation de chômage ou de non-emploi constituent une des catégories de travailleurs les moins visibles. La thèse a pour objectif de comprendre l’expérience vécue du chômage et/ou du non-emploi afin de cibler la manière dont les personnes s’ancrent dans une société, notamment ici française, ainsi que le processus de santé qui peut s’en dégager. La thèse privilégie la perspective de la psychosociologie clinique du travail, axée sur la compréhension des échanges symboliques et matériels, qui transforment les réalités sociales et individuelles (Clot & Lhuilier, 2006 ; Lhuilier, 2006). Une recherche collaborative a été réalisée dans un quartier prioritaire de la politique de la ville auprès des acteurs politiques, sociaux et des habitants, et plus spécifiquement au sein deux groupes associatifs, un culturel (activités d’aide et de bénévolat) auprès de huit personnes et l’autre artistique (sculpture sur bois) auprès de six personnes. Le recueil de données a été réalisé via 52 entretiens semi-directifs répétés auprès des adhérents- bénévoles sans emploi, 38 entretiens non-directifs auprès des acteurs sociaux, politiques et habitants, 172 séances d’observations directes et participantes au sein des associations, et l’adaptation de l’Inventaire du Système des Activités (Curie, Hajjar, Marquié & Roques, 1990) afin que les sujets sans emploi puissent décrire eux-mêmes leurs sphères de vie. Le matériau a été analysé via la théorisation ancrée (Paillé, 2017). Notre recherche discute les théories de la normativité (Canguilhem, 1966) et de la créativité (Winnicott, 1971) afin d’éclairer le processus de santé. Nous proposons dans cette thèse de présenter le parcours des 14 personnes ainsi que les dynamiques groupales favorables ou non au maintien de la santé des personnes sans emploi. Nos résultats montrent que les carences (sécurités, besoins, préventions...) liées à un environnement, notamment ici professionnel, peuvent être dommageables pour la santé physique, psychique et physiologique. Et, que la réalisation d’une activité significative peut être à la source d’une santé perçue et éprouvée satisfaisante. L’association artistique semble plus représenter une ressource endo et exogène pour les personnes sans emploi car elle favorise la circulation d’affects, le développement du pouvoir d’agir et contribuerait à maintenir un équilibre entre les sphères de vie ainsi que la création de nouvelles normes vitales et sociales. L’association culturelle semble présenter des carences endogènes, où le groupe serait refermé sur le collectif empêchant ainsi chacun d’y développer son « être au monde » et la création de nouvelles normes de vie. Sur le plan politique, la prise en compte de la politique de la ville engendre une négativité autour d’un « texte public » dans l’association culturelle source d’empêchement individuel et groupal alors que dans l’association artistique la subversion de la négativité engendre un « texte caché » source de développement. Cette recherche va nous aider à mettre en place des consultations santé au travail, au chômage et aussi elle participera à la modification des objectifs, à moyen et long terme, des deux associations


  • Résumé

    The issue of the health of in and out of work people has become important in the countries belonging to the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD). One of the least visible categories of workers are those who are unemployed or not in employment. The aim of the thesis is to understand the lived experience of unemployment and/or non-employment in order to target the way these people are anchored in a society, particularly here in France, and the health process that can emerge from it. The thesis favours the perspective of the clinical psychosociology of work, focused on the understanding of symbolic and material exchanges that transform social and individual realities (Clot & Lhuilier, 2006 ; Lhuilier, 2006). A collaborative research was conducted in a priority area of the city policy with political and social actors and inhabitants, and more specifically within two associative groups, one cultural (voluntary work activities) of eight people and the other artistic (wood sculpture) of six people. The data collection was carried out through 52 repeated semi-directive interviews with unemployed volunteer members, 38 non-directive interviews with social and political actors and residents, 172 direct and participatory observation sessions within the associations, and the adaptation of the Inventory of the Activity System (Curie, Hajjar, Marquié & Roques, 1990) so that unemployed subjects could describe their spheres of life themselves. The material was analyzed using the grounded theory (Paillé, 2017). Our research discusses the theories of normativity (Canguilhem, 1966) and creativity (Winnicott, 1971) in order to shed light on the health process. In this thesis, we are going to present the career path of the 14 people as well as the group dynamic that is favourable or unfavourable to maintaining the health of unemployed people. Our results show that deficiencies (safety, needs, prevention...) linked to the environment, especially here at work, can be harmful to physical, psychological and physiological health. And that the performance of a significant activity can be the source of perceived and proven satisfactory health. The artistic association seems to represent more of an endo and exogenous resource for the unemployed, as it promotes the circulation of affects, the development of the power to act and would contribute to maintaining a balance between spheres of life as well as the creation of new vital and social norms. The cultural association seems to present endogenous deficiencies, where the group would withdraw into the collective, thus preventing everyone from developing their "being in the world" and the creation of new norms of life. On a political level, the consideration of urban policy leads to negativity around a 'public text' in the cultural association which is a source of individual and group impediments, while in the artistic association the subversion of negativity leads to a 'hidden text' which is a source of development. This research will help us to set up health consultations at work, in unemployment, and also helps to modify the medium and long term objectives of both associations