Entre invention et appropriation du réel, La fonction utopique dans les trajectoires des architectes Paul-Jacques Grillo, Jean-Louis Chanéac et Pascal Häusermann

par Mélina Ramondenc

Projet de thèse en Architecture

Sous la direction de Catherine Maumi.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Métiers de l'Histoire de l'Architecture ; édifices, villes, territoires. (laboratoire) depuis le 02-01-2017 .


  • Résumé

    Le début des années soixante marque l'achèvement de la modernité architecturale, laissant la discipline et la profession architecturales désunies et désorientées. Les architectes de la postmodernité naissante constatent l'échec de l'urbanisme « moderne » et l'ampleur de la crise urbaine. Le référent rationaliste autour duquel s'étaient unifiée l'avant-garde des années vingt, incarné par la machine, ne fait plus sens. Il ne permet plus de saisir le réel. Dans cette période de bouleversement émerge une architecture de recherche, expérimentale, qui s'interroge sur son avenir, questionne le rôle de l'architecte dans la société, et cherche un moyen de se réapproprier la réalité. Elle explore tout à la fois l'histoire de sa propre discipline, les possibilités inédites offertes par la technique, la richesse du rapport au lieu et au local contenue dans une « architecture sans architectes »… Elle imagine la ville et l'habitat de demain qu'elle pense mobiles, évolutifs, infinis. La thèse tentera d'apporter un éclairage nouveau sur ce moment charnière de la production architecturale, et d'en proposer une lecture à partir des trajectoires de Paul-Jacques Grillo (1908-1990 ?), Jean-Louis Chanéac (1931-1993), et Pascal Häusermann (1936-2011) qui ont édifié des constructions notables sur le territoire des Alpes du Nord, parallèlement à des activités de recherche architecturale menées durant la seconde moitié du XXe siècle. Au-delà de leur contemporanéité et de la proximité géographique de nombre de leurs constructions, ils ont produit une œuvre théorique et conceptuelle, écrite et dessinée, particulièrement importante au début des années soixante. Ces trois architectes aux trajectoires singulières ont ainsi en commun d'avoir réalisé une architecture empreinte d'une grande attention aux lieux, témoignant de leur attachement au territoire et au contexte dans lesquels ils l'édifiaient, en même temps que des travaux théoriques utopiques, mettant volontairement à distance la réalité. Cette double dimension nous interroge sur le rapport au réel de ces architectes et de leur architecture, entre invention et appropriation, et pose ainsi la question du statut du projet. Cette recherche vise ainsi comprendre la fonction utopique du projet d'architecture dans le renouvellement de la pensée, des pratiques, et des représentations des ces trois architectes. L'analyse croisée de leurs travaux devra permettre de dépasser l'approche monographique pour resituer leurs démarches et leurs trajectoires dans cette période de crise de la discipline architecturale comme de l'ensemble de la société, qui voit émerger de nombreuses problématiques plus que jamais d'actualité aujourd'hui.

  • Titre traduit

    Appropriating the real, utopian purpose in architectural trajectories of Paul-Jacques Grillo, Jean-Louis Chanéac and Pascal Häusermann


  • Résumé

    The beginning of the sixties marked the end of the modern movement, and left the architectural scene confused and split. Architects from a new post-modern age noted the failure of modern urbanism and had to face the urban crisis. The rationalist mindset of the 1920's European avant-garde movement , didn't make sense anymore. It failed to grasp the real. Meanwhile a form of experimental architecture emerged, a research approach that looks at its future, questions the social role of the architect, and looks for a means to get back in touch with the real. To this end, it explores the foundations of the architectural discipline, the growing technological possibilities, the knowledge contained in non-pedigreed architecture… It designs tomorrow's housing, plans the mobile, scalable, unlimited city of the future. This thesis aims to bring a new angle to this breakpoint in architectural production, and to interpret it through the trajectories of Paul-Jacques Grillo, Jean-Louis Chanéac and Pascal Häusermann, who produced significant architectural projects in the northern Alps at the same time as they were researching, experimenting, and theorizing architecture, during the second part of the twentieth century. All of those architects seem to place the same special emphasis on the location where they build. On the other hand, they also planned utopian non-realized projects, distancing reality. This could seem rather surprising and paradoxical lead us to wonder what kind of relationship with the real did those architects develop through their projects and raise the question of its status. The goal of this thesis is to bring out the utopian purpose of the architectural project through the practices and representations of those three architects. The cross analysis of theirs productions should enable us to move beyond the monograph approach, and to understand these architects' trajectory within an architectural and global crisis, that gave a raise to still outstanding issues.