Mémento cathartistique de la traite négrière

par Nicolas Babet

Projet de thèse en Arts

Sous la direction de Sokoanthea Phay-vakalis.

Thèses en préparation à Paris 8 , dans le cadre de ED Esthetique, sciences et technologie des Arts , en partenariat avec Arts des images et art contemporain (equipe de recherche) depuis le 09-11-2016 .


  • Résumé

    Par l’étude comparée de la transmission de la mémoire de l’esclavage dans divers œuvres plastiques, je souhaite au travers de la catharsis voir comment les artistes transforment la mémoire de l’esclavage en créations artistiques. Stuart Hall, sociologue Jamaïcain, avance que « L'art permet l'accès aux non-dits ». Dans le même sens, la création artistique semble permettre l’accès à des sentiments enfouis, « en utilisant une stratégie de détour, une ruse qui permet de contourner les résistances au changement », explique le Dr Jean-Pierre Klein. De ce fait, nous pouvons envisager de voir et d’analyser comment l’art comme catharsis donne accès à ces « non-dits » et ces sentiments enfouis liés à l’esclavage au travers des œuvres plastiques. Quel serait donc le rôle de la catharsis dans la recherche de ces sentiments enfouis ? Peut-elle vraiment avoir un effet libérateur produit par la décharge des affects refoulés liés à des conflits inconscients ou à des événements traumatiques ? À quelles conditions arrive-t-on à mettre en marche une catharsis qui « redonne à chacun un équilibre perdu par l’excès » ?


  • Pas de résumé disponible.